Podcasts juridiques : tentative de recensement et ébauche critique

Podcasts de juristes et podcasts d’éditeurs

Jeudi 17 juin 2021, par Emmanuel Barthe // Ressources en droit des affaires

Voici une liste qui va sûrement s’allonger dans les mois à venir. Une liste de séries de podcasts juridiques [1].

Pour mémoire, un podcast est un enregistrement audio (pur audio, pas d’image) écoutable en streaming et téléchargeable pour être écouté hors connexion. Il est généralement disponible sous forme de série, dont les nouveaux épisodes peuvent être reçus automatiquement par les abonnés. Un podcast a un flux RSS, un fichier contenant toutes les informations du podcast et de ses épisodes.

On distingue généralement :

  • les replays d’émission de radio
  • et les podcasts natifs.

Pour le droit des podcasts, voir cette vidéo publiée par Le Nouveau Podcast : Les enjeux juridiques du podcast, présentés par Clara Benyamin, juriste en droit de la propriété intellectuelle et du numérique.

Podcasts de juristes

Les radios sont les principaux producteurs de podcasts. En juridique, il faut surtout citer Europe1 qui diffuse une série de podcasts intitulée Mon client et moi, dans laquelle des avocats pénalistes racontent des affaires qui ont marqué leur carrière. Ce podcast (une émission en fait) a commencé en décembre 2019.

Pour les autres podcasts de juristes, le plus simple est de consulter :

e-just( ice ), avocate, me signale qu’il il y a de plus en plus de podcasts (format natif ou non) d’interview de professionnels. Parmi lesquels elle cite [2] :

Pour compléter et mettre à jour ces listes, utilisez cette requête Google : podcast avocat OR droit OR juridique OR procès OR juge.

Personnellement, mentions spéciales à :

  • Du Vent Sous la Robe, le podcast d’une ancienne avocate devenue entrepreneuse et qui parle plus volontiers de ses collègues juristes entrepreneurs que d’elle-même. Un podcast axé d’abord innovation en droit. Un podcast long (30 à 40 mn)
  • dans le même genre, et que j’ai apprécié peut-être encore plus, Le journal de Charlotte, de Charlotte Pons
  • Avant de signer, créé par le cabinet d‘avocats Emroads en 2021, essaie de donner les bons réflexes juridiques aux entrepreneurs (droit des affaires, droit commercial, propriété intellectuelle, données personnelles)
  • un deux droit, un podcast de droit du travail. Qui existe aussi en blog et en vidéo
  • toujours en droit du travail, Droit Devant, le podcast de Marylaure Méolans (Victoire Avocats).

Les podcasts des éditeurs juridiques

- Les podcast de Lexradio (webradio de Lexbase) [3].

- Les podcasts du groupe Lefebvre Sarrut :

  • Enquête interne, podcast de Lefebvre Dalloz (en fait de Dalloz et des Éditions Législatives) sur la compliance/conformité
  • Vigilance, podcast de Francis Lefebvre tout seul, cette fois-ci, sur l’actualité de la compliance (again)
  • les Podcasts du Droit et du Chiffre par Lefebvre Dalloz, la marque commune des Ediitions Francis Lefebvre, de Dalloz et des Editions Législatives
  • Les Podcasts du droit - Dalloz macro. Sujets très divers (le legal design, par exemple), mais un point commun : durée entre 25 et 30 mn.

- Les podcasts de Lamy (Wolters Kluwer France) :

  • L’Office, réalisé par le CRIDON (Centre de recherche et de documentation des notaires) de Lyon, tient informé une fois par semaine sur les domaines des notaires (immobilier, patrimoine, fiscal, famille) des derniers textes parus, des dernières jurisprudences, des derniers chiffres publiés
  • A l’Audience, podcast sur le droit du travail par Françoise Champeaux, rédactrice-en-chef de la revue La Semaine Sociale Lamy (Wolters Kluwer / Lamy)
  • Blâme, un podcast de Lamy pour décrypter et réagir face aux cas de harcèlement sexuel. Avec Nicolas Mazet, consultant et expert en management RH.

- LexisNexis publie sur Lexis 360 Intelligence une sélection de la veille quotidienne de Lexis Veille en un podcast de quelques minutes.

Les plateformes utilisées pour ces podcasts :

  • Ausha.co (payant, pas cher) est utilisé pour la diffusion et la promotion multiplateformes (d’un coup, toucher toutes les grandes plateformes) des podcasts
  • les plateformes de diffusion proprement dites (hébergeurs) :
    • Deezer
    • Spotify
    • SoundCloud
    • Apple Podcasts
    • Google Podcasts
    • Youtube : gratuit mais peu pratique pour un podcast, car dès qu’on ne regarde plus l’écran, la vidéo (donc le son) se coupe
    • ...

Pour mettre à jour ce recensement, utilisez la requête Google suivante : podcast lefebvre OR dalloz OR lextenso OR wolters OR kluwer OR lamy OR lexisnexis OR lexbase.

Quelques réflexions sur ces podcasts juridiques

On note des formats temporels plutôt courts pour des juristes :-) : généralement 5 à 10 mn, avec un minimum de 3 mn et un maximum d’une demi-heure.

Un des inconvénients des podcasts, que j’ai déjà signalé sur ce blog, est l’absence (pour l’instant ?) de transcription textuelle et d’indexation [4], ce qui fait qu’on perd pas mal de temps à écouter en entier le podcast (surtout quand l’interface ne permet pas de se déplacer dans le podcast, ce qui arrive parfois sur les interfaces mobiles) au lieu de pouvoir sauter directement là où ça nous intéresse [5].

Ce défaut est particulièrement net avec les juristes car, par formation, déontologie et habitude, ils ne simplifient pas leur propos, et de surcroît, n’abordent les vrais sujets (ceux qui fâchent/font problème) qu’au bout de 2 à 3 mn d’introduction [6].

Aussi, si j’avais un conseil prioritaire et simple à donner aux juristes et avocats lorsqu’ils réalisent leur podcast, ce serait d’aller droit au but dans les 30 premières secondes. Comme le fait par exemple un deux droit.

un deux droit donne aussi une autre bonne idée : il "multiformate" au maximum sa production, en publiant, pour un même épisode, un billet de blog, une vidéo et un podcast. Il poste sur des médias Internet différents, touchant ainsi des générations différentes. D’une pierre trois coups.

Attention aussi à adapter son discours au mode d’expression oral : il vaut vraiment mieux éviter de de lire un texte écrit classique [7].

Produire un podcast est beaucoup plus le fait des élèves du Barreau et des jeunes juristes que des avocats plus établis. Question de génération ? Certes, mais je penche tout autant pour un manque de temps de celles et ceux qui ont déjà une activité bien établie et ... prenante [8]

On sent bien que les podcasts d’éditeurs sont plus des tests qu’autre chose pour l’instant. Les éditeurs regardent si ça prend. A noter un effort, souvent, pour avoir une belle voix et une diction agréable.

Il y a encore pas mal de trous — ou d’ opportunités — dans la raquette des podcasts juridiques français :

  • la procédure civile. C’est aride, c’est vrai
  • droit public
  • droit des transports
  • le droit des affaires à un haut niveau, notamment les fusacq. Mais c’est peu étonnant : il existe peu d’ouvrages et de revues dans le domaine [9].

En sens inverse, le droit du travail est sur-représenté.

Et l’auteur de ce billet, a-t-il fait un podcast lui-même, me direz-vous ? Mon podcast à moi, non. Mais j’ai été interviewé par Ekipio sur l’IA en droit. En podcast :-)

Un podcast juridique bien n’est pas listé dans les sources citées ? Les commentaires sont ouverts.

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique, veilleur, formateur

Notes de bas de page

[1Certains podcasts isolés peuvent être cités mais il n’est pas question ici d’un recensement exhaustif des podcasts isolés.

[2Elle cite aussi Legal club sandwich de @ThibautCaoudal, co-dondateur de Leeway, un nouvel acteur des logiciels de gestion de contrats (dits aussi "contrathèques"). Mais LCS est en fait à l’origine un chat vidéo, certes disponible ensuite en podcast.

[3L’incendie des serveurs d’OVH a supprimé les archives jusqu’au 10 mars 2021.

[4Que Youtube permet et encourage pour les vidéos, en revanche.

[5Je viens de vérifier encore ce constat en préparant ce billet. Voir sur ce blog : Le podcast est une perte de temps pour les veilleurs.

[6Par exemple, sur l’épisode du podcast Droit devant sur le forfait jour des cadres, le noeud du problème (des semaines à 70, 80 heures, sans contrôle de l’employeur, et le risque de requalification avec condamnation et indemnités à la clé) n’est abordé qu’au bout de 3 mn. A part ça, Droit devant est probablement un modèle du genre — diction, ton, termes employés, tout rend l’auteure facile à comprendre.

[7Poke @Lexradio.

[8Le manque de temps pour le marketing personnel est un grand classique chez les libéraux, en tout cas ceux en solo.

[9Des revues du style Bulletin Joly Bourse ou Actes pratiques et ingénierie sociétaire, des ouvrages comme celui de France Drummond, Droit financier : Les institutions, les activités, les abus de marché (Economica).

Répondre à cet article

1 Message