Les malheurs de Cassiopée, l’application de gestion de la chaîne pénale

Toujours pas au point bientôt 20 ans après son lancement

Mercredi 18 mai 2022, par Emmanuel Barthe // Portails juridiques officiels - Open data juridique

Pendant longtemps, dans les années 200 et 2010, avant l’explosion des réseaux sociaux et notamment de Twitter, j’ai tenu sur ce blog une chronique de l’informatisation de l’Administration et de la Justice, que j’avais intitulée "L’e-Administration avance lentement".

Les applications internes des tribunaux pour gérer le contentieux étaient un des sujets de cette chronique [1].

Je devrais m’y remettre. On aurait pu se croire arrivé, mais le chemin est encore long.

Ces deux fils Twitter du 4 mai de Maêlle Thaëmiss — une greffière — mettent en quelque sorte à jour mon vieux suivi de CASSIOPEE sur mon blog et montrent, ici en matière de gestion de la chaîne pénale, le chemin qui reste à parcourir.

Je cite Mme Thaëmiss :
« Plus de 10 ans qu’on utilise le logiciel pénal Cassiopée. Les actes d’appel ne sont toujours pas corrects, les lenteurs régulièrement présentes, les informations difficiles à saisir même en ce qui concerne la peine prononcée lors d’une condamnation.
Alors moi je veux bien le Wi-Fi partout, mais si on pouvait commencer par l’essentiel. Genre un logiciel qui fonctionne et ne nous fasse pas perdre du temps car il n’arrive pas à fusionner ou bien je dois taper la moitié de la peine quand je prends un appel car il ne connaît pas le sursis probatoire renforcé. Et encore : ça, c’est récent. Sachez qu’on ne peut pas enregistrer correctement une relaxe partielle. Pour Cassiopée, on relaxe sur tout ou on ne relaxe pas. Je vous raconte pas le b... pour enregistrer ça.
Ce logiciel a été développé par une première entreprise qui a cessé son activité alors que le logiciel n’était pas finalisé. La suite de son développement a été confié à une nouvelle entreprise (il paraît que c’est un cauchemar de poursuivre le développement d’un logiciel ...) [...]
Des modules prévus initialement ne sont toujours pas opérationnels. Nous n’avons pas la main sur nos propres logiciels. Nous travaillons avec des professionnels de l’informatique qui ignorent nos difficultés. C’est un des soucis que la DSJ tente de rectifier. Le manque de communication. »

On peut aussi constater l’énervement quotidien voire le désespoir des greffiers au pénal sur ce fil Twitter du 18 mai initié par SirYesSir et qui commence ainsi :
« Je veux avancer l’enregistrement du dossier d’un de mes 5 défèrements du jour sur Cassiopée.
Cassiopée : "Cette page ne peut s’afficher."
VA. MOURIR. »

Et "fée clochette" (sur Twiitter) de conclure : « Conclusion : le vieux Winci fonctionne toujours bien ... Et on est mal parti avec Portalis ... »

Sur les problèmes de Cassiopee dans les années 2000 et 2010 (sur ce blog) :

On voit que le problème date. Et le peu d’avancées.

A se demander parfois si cela dérange réellement les politiques.

Emmanuel Barthe

Notes de bas de page

Répondre à cet article