Les hébergeurs des plateformes juridiques en ligne

AWS (presque) partout

Samedi 2 octobre 2021, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

Les pannes des plateformes/bases de données en ligne des éditeurs juridiques irritent souvent leurs utilisateurs et acheteurs. Pourtant, elles ne sont pas si fréquentes. Et ne sont pas systématiquement du fait de l’éditeur [1].

Ces pannes rares proviennent parfois de l’hébergeur, qu’un contrat lie à l’éditeur. Les blogueurs qui sont leur propre site le savent bien : Online, OVH et les autres ont parfois des serveurs qui "tombent". Ca arrive.

Ce type de panne devrait survenir beaucoup moins souvent. Car Amazon Web Services (AWS) est désormais presque partout chez les éditeurs juridiques français. Auparavant, les legal tech hexagonales l’avait déjà élu [2].

La "Rencontre avec" les DSI des éditeurs juridiques, organisée par Juriconnexion le 17 septembre 2021 sur le thème des problèmes techniques liées à l’utilisation des bases de données juridiques nous a en effet appris qu’AWS était devenu de facto le standard d’hébergement des éditeurs juridiques français — et non plus seulement des legal tech. Travaillent beaucoup ou principalement sur Amazon (liste non exhaustive) :

  • Francis Lefebvre (pour les EFL, ça s’est vu aussi dans certains liens vers l’aide) (plateforme Navis, entre autres)
  • LexisNexis (Lexis 360) [3]
  • Wolters Kluwer (Lamyline).

Pour les DSI des éditeurs présents [4], AWS :

  • c’est plus puissant et permettant un déploiement des nouvelles fonctionnalités plus rapide (scalable), plus souple et plus "secure"
  • mais ça peut devenir très cher [5] quand l’utilisation monte et ça peut poser des problèmes de souveraineté. Précisons toutefois qu’AWS, notamment du fait du RGPD, a des serveurs basés en France.

Le mouvement des éditeurs vers le cloud était en réalité prévisible : en 2012 déjà, « la DILA signait avec Accenture un marché de trois ans pour la conception et la mise en œuvre d’un centre d’hébergement de données de nouvelle génération [...] pour accélérer et d’industrialiser la mise en exploitation de nouveaux services pour les citoyens et les agents de l’administration ».

Au 6 septembre 2021, le Doctrinal (Thomson Reuters Transactive) est hébergé chez OVH.

Cette prédominance d’AWS devrait faire reculer la fréquence des pannes — c’est ce qu’on constate en tout cas —, en diminuant la proportion de celles ayant pour origine l’hébergeur.


Liste des produits AWS (source : site AWS)

Ce passage chez AWS est un changement radical. Car non seulement le mouvement semble quasi-général, mais AWS est plus qu’un hébergeur, c’est un environnement de développement et de sécurité. Il fournit entre autres :

  • des serveurs et du stockage à distance (hébergement)
  • de la technologie de base de données (SGBD, SQL, noSQL ...)
  • de la puissance de calcul
  • du machine/deep learning (IA) (la puissance de calcul sert aujourd’hui d’abord à ça)
  • email
  • développement mobile (pour sites web/apps mobiles)
  • sécurité.

En septembre 2009, les hébergeurs respectifs des principales plateformes étaient :

Emmanuel Barthe
acheteur de documentation juridique en ligne

Notes de bas de page

[1D’autant qu’elles sont souvent le résultat d’un ensemble d’intervenants : éditeur avec chef de projet, informaticien, équipes rédactionnelles, SSII, designer web, fournisseur de moteur de recherche, éditeur de CMS, hébergeur, organisme de test éventuel ...

[3La maison mère américaine dit expressément sur son site qu’elle utilise AWS. Dès lors, il était inévitable que sa filiale française fasse de même.

[4Lextenso n’était pas représenté à cette rencontre.

[5Ce qu’il n’est pas (cher) pour les startups ...

2 Messages

  • Les hébergeurs des plateformes juridiques en ligne 29 septembre 2009 08:19, par oeil-de-Moscou

    services.lexisnexis.fr Server Data
    IP Address : 194.117.219.198
    IP Location France - Nord-pas-de-calais - Lille - ? Edition Juris Classeur

    • Les hébergeurs des plateformes juridiques en ligne 29 septembre 2009 22:20, par Emmanuel Barthe

      Sauf erreur de ma part, la plateforme juridique est hébergée sur le domaine lexisnexis.com, pas sur services.lexisnexis.fr. Cette dernière adresse est celle du site "corporate" de la filiale française.