Legal design : faire comprendre le droit français avec du graphisme et un langage clair et se mettre à la place du client

Amurabi, Callios, LexClair, Juridy, Juste Cause, Legal by Design, Lexbase ...

Lundi 14 juin 2021, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

[NB : cet article a été initialement publié en juin 2015. Il a été augmenté et mis à jour depuis.]

Ça bourgeonnait en 2009 et on en parlait ici [1]. En 2014, le legal design était lancé. Le droit est maintenant expliqué en dessins et graphiques. Et cela va jusqu’au film. Pour plus de détails sur la genèse américaine du legal design, voir ce post de Jarvis Legal.

Après, soyons honnête : le véritable legal design, surtout depuis 2018, va au-delà d’une simple représentation graphique du droit. Il s’appuie sur les travaux des cogniticiens : pour faire court, la psychologie du cerveau. Notamment — mais pas seulement — le fait scientifiquement reconnu que l’information véhiculée par l’image marque plus et se retient plus. Le "LD", c’est aussi et peut-être d’abord utiliser un langage juridique clair [2].

Pour reprendre les mots de Dany Gilbert, directeur juridique au département de la Vendée, « la philosophie profonde du legal design est d’abord de mettre l’utilisateur du contenu juridique au centre de la préoccupation du juriste. De cette idée découle tout le reste, la représentation graphique notamment mais pas que. Le legal design devrait se déployer aussi dans la rédaction d’une simple note juridique ou même d’un simple mail ». A cet égard, écoutez le Legal Design en mode Macro, un podcast des Éditions Dalloz, 7 décembre 2020.

Quelques exemples depuis 2015

Un exemple "mainstream" sur le site de l’URSSAF (très lu par les employeurs) : un schéma analysant les bons d’achat et cadeaux en nature au regard des cotisations de sécurité sociale, de la CSG et de la CRDS.

Les bons d'achat et cadeaux en nature au regard des cotisations sécu, CSG et CRDS (extrait)

Autre exemple avec ce communiqué de l’éditeur juridique Lexbase du 2 avril 2015 : extrait :

« Les éditions Lexbase proposent une nouvelle approche éditoriale du droit et publieront, régulièrement, à compter de ce jour, des infographies juridiques permettant de faire la synthèse d’un régime ou d’une procédure de manière pédagogique et graphique. »

Un concurrent de Lexbase, Luxia utilise trois couleurs pour signaler les modifications dans les textes officiels sur son site Alinéa : rouge pour abrogé, vert pour créé et bleu pour modifié.

Pour des exemples plus récents, regardez ceux proposés par le cabinet Lexclair ou par welovelegaldesign.

Des étudiants d’Assas, réunis dans une association Assas Legal Design, se sont essayé au legal design en sortant entre 2016 et 2017 quatre numéros d’un journal, L’Illustrassas, illustré de nombreux schémas et dessins (dernier numéro paru : avril 2017).

Côté vidéo, voir le film conçu et produit par le cabinet d’avocats Véron sur la saisie-contrefaçon [3], pour promouvoir la sortie en juin 2015 chez Dalloz de son ouvrage trilingue sur le sujet.

Les grands acteurs, des origines à aujourd’hui

D’autres étaient encore plus en avance : voici les grands acteurs d’une représentation claire du droit par l’image et le langage.

En France :

  • Olivia Zarcate (Imagidroit), juriste de formation, a créé Imagidroit en 2012 pour faciliter l’accès au droit grâce à la pensée visuelle. Elle dessinait et créait des outils visuels à partir de problématiques juridiques pour transmettre, former, communiquer. Elle tenait également une veille sur le domaine du "legal Information design" qui regroupe des outils et initiatives pour diffuser et présenter le droit autrement. Olivia est à l’initiative du premier réseau international sur le legal information design, le LID network (LIDN) qui a vu le jour en 2014. Lire sa passionnante interview par Vizthink.
    Fin 2017, Olivia Zarcate a changé d’activité.
  • Miroslav Kurdov (SketchLex), ancien juriste en propriété industrielle, a créé SketchLex en 2011. Il réalise des icônes et des infographies juridiques. Son compte Twitter et son blog font une veille intéressante sur les infographies juridiques. Voir son interview par Carole Guelfucci.
    En avril 2019, Miroslav a rejoint l’IPIL (Institut de la Propriété Intellectuelle Luxembourg) pour une mission mixte de juriste et de legal designer, puis en 2020 le cabinet luxembourgeois Arendt & Medernach comme legal designer pur
  • les deux créateurs du legal design en France ont donc quitté le secteur pour Olivia et quitté la France pour Miroslav mais de nouveaux entrants sont arrivés en force :
    • Lexclair, donc : Sophie Lapisardi, avocate en droit public, et Fabrice Mauléon, expert en legal design (2016)
    • RH Visuels : Romain Hazebroucq
    • welovelegaldesign : Caroline Laverdet, avocate
    • Marie Potel-Saville, ex-directeur juridique EMEA d’Estée Lauder, a ouvert au printemps 2018 le bureau parisien de l’agence de legal design « Dot. » (voir infra). Elle a très vite fondé son propre cabinet de legal design, Amurabi
    • Stéphanie Marais-Batardière, avocate au Barreau d’Angers, fait à la fois du droit et du legal design au sein de son cabinet Callios
    • Juridy : quatre personnes, dont un UX designer et un graphiste (2019)
    • Legal by Design : Marie-Agnès Fages travaille en partenariat avec deux autres indépendants pour la partie UX et graphisme (2019)
    • Juste Cause (2015)
    • on peut citer aussi ClearCase (Élodie Teissèdre) et imagine.legal (six personnes dont deux designers), mais au vu de leur offre, ces deux structures font autant si ce n’est plus de la communication, du graphisme ou du web design que du legal design pur.

La Fabrique de la Loi : une représentation graphique des amendements

  • du côté de l’édition juridique française, on en est encore aux balbutiements :
    • certains auteurs de manuels de droit. Comme Hervé Croze avec les schémas de procédure civile (certes noir et blanc et graphiquement très sobres) de son Guide pratique de procédure civile (4e éd., 2012, LexisNexis)
    • au moins un éditeur français. Ellipses, éditeur d’ouvrages de synthèse et de révision pour les étudiants, a développé deux collections "graphiques" d’ouvrages de droit : Le droit en schémas et Le droit en fiches et en tableaux. Le concept a souvent du succès auprès des étudiants — moins auprès des enseignants, qui n’apprécient pas toujours le choix des auteurs par l’éditeur ou le concept même d’ouvrage de révision, avec ses limites intrinsèques.

Pour autant, le legal design semble avoir du mal à décoller en France pour l’instant. Les deux pionniers en sont partis, même si Miroslav Kurdov a tenu quand même six ans en indépendant. Son dernier billet sur Sketchlex date de 2018 et il a pour titre 12 raisons de ne pas utiliser des infographies juridiques, qui montre que le marché français n’était pas mûr à cette date en tout cas — sans parler de son étroitesse.

Un autre signe que le legal design en France a toujours du mal à s’implanter réside dans l’importance de l’activité des cabinets en formation au legal design : s’ils vendent de la formation et insistent autant dessus, c’est que selon toute évidence, ils ne peuvent pas encore vivre de leurs seules prestations de conseil et de design, et donc que le legal design est un marché encore largement à créer en France. Le nombre de designers proprement dit dans les équipes des cabinets est également un indice.

Une autre façon de voir les choses, comme me le fait valoir Dany Gilbert, c’est que « le legal design n’est pas tant une prestation qu’on externalise qu’une démarche qu’on déploie en interne, le cas échéant avec quelques appuis ». Il ajoute que le manque d’exemples concrets de "LD" peut s’expliquer par la « difficulté à partager un document réalisé dans un contexte donné, ce document pouvant être moins percutant, moins compris, hors contexte. Il peut aussi poser des problèmes de confidentialité. C’est ce qui explique probablement et malheureusement, que les exemples de legal design portent beaucoup sur l’information juridique et non le conseil juridique ».

En tout cas, il y a une grande marge de progression : visiblement, il y a encore très peu de juristes français qui ont adopté au quotidien une démarche "LD". Souhaitons que ça "bouge".

Aux Etats-Unis :

  • les bases de données de jurisprudence PreCYdent (disparue) et FastCase, dont j’évoquais les efforts graphiques dans mon billet de 2009, puis les grandes plateformes Westlaw, lancée en février 2010 (sous le nom WestLawNext) et Lexis Advance, sortie en décembre 2011 [6]
  • en 2012, Margaret Hagan a commencé à dessiner, bloguer et donner des cours sur son Tumblr Law Design Tech (abandonné depuis 2017). On retrouve depuis ses posts sur son blog Open Law Lab et divers projets qu’elle a réalisés sur son site personnel. Elle travaille à la faculté de droit de Stanford, où elle a créé en 2014 et dirige le Legal Design Lab. Cette équipe pluridisciplinaire travaille notamment sur la Visualization for Lawyers : une typologie et une liste des outils permettant aux juristes de visualiser le droit.
    M. Hagan est considérée comme une des fondatrices du legal design. Voir aussi son compte Twitter. Son ouvrage en ligne et gratuit Law by Design est un bon point de départ pour qui s’intéresse au sujet, particulièrement la page What is Legal Design ?. Cela dit, son style graphique et son approche très large du legal design ne sont pas ma tasse de thé [7].

Ailleurs dans le monde [8] :

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique, veilleur, formateur

Olivia Zarcate - Understand the Law with Metaphors, Spread the Law with Images from ReInvent Law Channel on Vimeo

.

Notes de bas de page

[1Voir mon billet de 2009 Vers une représentation graphique du droit. Initialement, le terme utilisé était "legal information design". Il a depuis été simplifié en "legal design".

[2Pour en finir avec les préconceptions sur le langage clair, par Marie Potel-Saville, Revue pratique de la prospective et de l’innovation, octobre 2020.

[3Réalisation Arnaud Ly Van Manh. Le film est hébergé sur l’excellente plateforme Vimeo, qui n’héberge que des films professionnels, de sociétés ou institutions ou de fin d’études. NB : l’insertion de la vidéo sur un autre site web est impossible et interdite.

[4Présentation du projet par le Centre d’études européennes (CEE), 2011. Les députés font-ils la loi ?, Regards Citoyens..fr 9 février 201

[5Travail des parlementaires : explorez la Fabrique de la Loi, communiqué de presse de Regards Citoyens, 28 mai 2014

[6Lexis Launches Advance, Its Next-Generation Research Platform, par Robert Ambrogi, Law Sites, 5 décembre 2011.

[7A mon sens, la définition du legal design qu’a construite Margaret Hagan est trop large pour être systématisée. Elle inclut ainsi le design de produits informatiques, la relation client-avocat etc. Or qui trop embrasse, mal étreint. Il me semble difficile de maîtriser autant de domaines, qui plus est sans marcher sur les plates-bandes de leurs responsables. Ou alors, on est chef de projet. Mais c’est un autre métier, qui a sa définition et ses codes, assez différents. Par ailleurs, je trouve son style graphique, son dessin, brouillon, peu élégant et pas toujours très lisible, des caractéristiques gênantes dans le milieu des professionnels du droit. Enfin, même si elle est titulaire d’un JD — et non un LLM — en droit de Stanford, elle n’a pas d’expérience professionnelle comme juriste à part quatre stages d’été, ni même comme enseignante en droit.

[8Source majeure pour cette partie : fil de discussion sur Twitter entre @alexgsmith, @jandersdean, @StewieKee, @noraalhaider et @HanneleKorhonen sur les fondateurs/trices du legal design, 29-30 mai 2018.

Répondre à cet article

1 Message