Simple, efficace et rapide

Jurisprudence.ninja : première réutilisation de l’open data de la Cour de cassation

Une réalisation de l’association d’avocats pro-open source Cybertron

Mardi 5 octobre 2021, par Emmanuel Barthe // Portails juridiques officiels - Diffusion des données juridiques publiques

Jurisprudence.ninja : le nom donne déjà une idée.

Ça se sent que ce site a été fait par un juriste qui veut du droit au but, simple et efficace.

Derrière Jurisprudence.ninja (et Societe.ninja, dit aussi RCS Ninja), il y a Lionel Vest, avocat associé du cabinet Adaris et sa SSII qui développent le logiciel open source de gestion de cabinet d’avocats Optimus (1ère version lancée en 2006). Il y a aussi l’association Cybertron qu’il a fondée
https://forum.cybertron.fr/about afin de pérenniser et développer son logiciel https://forum.cybertron.fr/t/bienvenue-sur-cybertron/25

Jurisprudence.ninja est très intelligemment fait.

Primo, les critères de recherche avancée sont typiques de ce qu’un avocat va vouloir. Par exemple, on peut :
- chercher dans la seule motivation, dans le seul dispositif, dans les mots-clés ("titre" = titrage) ou encore dans le résumé ("sommaire")
- trier soit par pertinence et niveaux de publication (publié ou pas au Bull.), soit par pertinence pure (donc en faisant ressortir les inédits en théorie, mais ça ne marche pas bien ici, les arrêts publiés au Bull. comportant plus de mots-clés pertinents que les inédits du fait de la présence de l’abstract et du résumé) soit enfin par date (antéchronologique).

Secundo, ça répond super rapidement aux interrogations.

Tertio, le site est parfaitement adapté aux smartphones (responsive design, RWD).

Le site ne propose par de recherche par expression (" ") mais le tri des résultats place en premier les décisions contenant l’expression implicite contenue dans la requête, ce qui revient presque au même. Malin, je vous disais :-)

Contrairement à ce qu’annonce son sous-titre, Jurisprudence.ninja ne traite pas les arrêts du Conseil d’Etat, seulement ceux de l’open data de la Cour de cassation. Mais le CE n’a pas publié de stock ni d’API. Donc, c’est impossible pour l’instant pour Cybertron :-/

Ca augure bien des arrêts de CA et des décisions première instance. Mais il faudra voir s’ils tiendront question charge serveur et financement, car le volume va passer de centaines de milliers à des millions de décisions.

Je n’ai procédé qu’à un premier test. Il y a certainement d’autres choses à dire sur Jurisprudence.ninja.

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique

Répondre à cet article

2 Messages