Ressources en droit des affaires

Dernier ajout : 16 juillet.

Derniers articles

Le Canard est mal barré

Pourquoi le Canard enchaîné devrait évoluer — et pas qu’un peu

Samedi 9 novembre 2019

Lire la suite »

[mise à jour au 24 /11/2020 :

  • le Canard Enchaïné du 18 novembre publie les comptes 2019 (simplifiés) de la SAS Les Editions Maréchal - "Le Canard Enchaîné". Le résultat négatif est dû à des charges exceptionnelles de 1,4 million d’euros dûes à la faillite de Presstalis, ex-NMPP, la société de diffusion de la presse parisienne
  • et surtout, il annonce son prochain passage en ligne — que nous préconisions ici — : « Bientôt, le Canard plongera vraiment dans le monde du numérique. » Il était temps !]

Le Canard Enchaîné est une institution de la presse française. A plus d’un titre :

  • lancé le 10 septembre 1915, c’est un des plus vieux titres de presse français vivant [1]
  • il est très rentable (pour un organe de presse) et possède assez de réserves financières pour vivre pendant plus de cinq ans sans aucune recette.

Le risque

Le Canard refuse de passer en ligne. C’est une position bien ancrée chez eux. Le comble de ce refus est qu’en fait, le Canard enchaîné a bien une appli, mais réservée aux clients hors UE et Suisse !

Du point de vue de certains veilleurs, s’il ne passe pas en numérique, le Canard Enchaîné va mourir insensiblement, très lentement mais très sûrement en une dizaine d’années [2]. Pourquoi ? Parce que :

Le remède

Pourtant, le Canard pourrait parfaitement être rentable en ligne :

  • son prix est (très) bon marché : 60 euros TTC par an l’abonnement (Mediapart est à 132 euros). Il pourrait donc financer son passage en ligne soit avec ses réserves financières soit par une augmentation du prix de son abonnement
  • Mediapart, lancé en 2008 et qui a atteint son point mort dès 2011, en a fait la démonstration avec ses excellents résultats financiers 2017 : la spécialisation/les niches permettent aux pure players de s’en sortir [5]
  • à part la Lettre A et Mediapart, le Canard n’a plus d’autre concurrent sur le segment des "affaires". Marianne n’est plus vraiment un concurrent sur ce segment.

Emmanuel Barthe
veilleur presse

PS : attention, mettons-nous bien d’accord, je n’ai pas écrit que toute la presse pure player est par définition rentable. Loin de là : des initiatives originales (comme les défunts explicite.info et Owni) et de qualité ont de grandes difficultés [6]. La presse, quand elle n’exploite pas certains filons en nombre très limité — comme les affaires politico-économico-financières ou les "people" — a besoin d’investisseurs prêts à la soutenir contre vents et marées, qu’ils agissent par conviction, par intérêt ou par souci d’influence [7].


Fils d’actualité en social et RH : News Tank RH s’est lancé sur le terrain de l’AEF

Beaucoup d’actualité juridique très fraîche dans ces deux sites

Mardi 8 octobre 2019

Lire la suite »

La newsletter d’information en ligne News Tank RH s’est lancé en 2017 sur le terrain de l’AEF : les relations sociales, les RH, l’emploi [8].

News Tank RH compte parmi ses dirigeants Marc Guiraud, ancien fondateur et président du Groupe AEF (1998-2011), Fabien Claire, DG associé, en charge des contenus (ex-rédacteur en chef adjoint AEF 2008-2017) et Valérie Grasset-Morel, rédactrice en chef adjointe (ex-rédactrice en chef AEF 2005-2010). Elle a aussi recruté le consultant RH Hubert Landier, qui avait une chronique à l’AEF.

Même si News Tank RH n’est pas un périodique de droit social, le site informe au jour le jour, parmi d’autres sujets RH, sur les réformes en droit du travail et la jurisprudence. Il suffit de consulter la page d’accueil du site d’aujourd’hui pour constater que ces aspects représentent une partie importante du contenu.

Comme pour l’AEF [9], l’accès se fait sur abonnement avec 5 accès de départ et il est possible de tester.

Tout comme l’AEF, Marc Guiraud a développé un groupe d’information multi-domaines, mais les domaines de News Tank ne recoupent qu’en partie ceux de l’AEF (RH, éducation et villes) [10].

Les professionnels de l’information RH et de droit social savent que ces types de sites, qui sont en réalité des agences de presse, font un travail plus pointu en social et RH que les agences de presse généralistes. Les événements du jour sont le plus souvent signalés le jour même. Généralement, ces publications sont capables de publier la synthèse des travaux et discussions parlementaires du jour le soir même. Les discussions L’AEF, notamment, est une source d’information des grands journaux économiques et des éditeurs juridiques. Cela explique la ressemblance étroite entre une dépêche AEF et certaines brèves de quotidien économique et financier.

Explication : chez les agences de presse, quand vous êtes un client éditeur, le contrat vous autorise généralement à copier-coller les contenus, dans une certaine limite, et à les modifier aussi (voyez les reprises quasi-telles quelles de l’AFP par des médias comme Le Point ou Le Figaro, par exemple [11]). On parlait d’ailleurs autrefois du « fil AEF », un terme d’agence de presse. News Tank, toutefois, n’est pas inscrite à la Fédération française des agences de presse (FFAP). Il est donc possible qu’elle n’autorise pas la reprise de con contenu par les éditeurs.

En social/RH, l’AEF, qui était quasiment seule, a donc désormais un vrai concurrent en terme de fil d’information en social/RH.

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique, veilleur presse


WebLex, l’actualité juridique en marque blanche

Dimanche 8 septembre 2019

Lire la suite »

WebLex est une plateforme d’informations et de conseils juridiques. Les experts-comptables sont ses principaux clients. Voir ses dernières actualités juridiques et fiscales. Les rédacteurs sont des juristes et avocats.

WebLex a développé en 2018 un outil de veille segmenté en fonction du profil du lecteur, accessible gratuitement sous réserve de renseigner quelques critères (secteur d’activité, effectifs, chiffre d’affaires, etc.).

Carrières Juridiques la présente : elle a été créée en 2014 par Jean-François Menguy avec l’appui de son premier client pendant quatre ans. Jean-François Menguy en détient désormais 100% des parts. Fiscaliste de formation, il a exercé chez Fidal pendant quelques années avant d’intégrer la presse professionnelle en tant que rédacteur en chef de revues juridiques aux Editions Francis Lefebvre.

Weblex a développé DirectoLex, un outil de mise en relation avec un avocat mais il n’a pas réussi à intéresser la clientèle des particuliers. Selon J.F. Menguy, « les utilisateurs n’acceptent de payer le premier contact avec un avocat que lorsqu’ils sont certains d’avoir le bon interlocuteur ». En revanche, il semble que les experts-comptables utilisent cet outil.

Voir l’interview en vidéo de son dirigeant sur TV Finance.

Le contenu du site est disponible également en marque blanche, pour enrichir un site d’expert-comptable par exemple, comme celui d’ECG, ici par une synthèse sur la loi Egalim.

Le modèle d’affaires me fait penser en partie à celui de Net-Iris [12], qui ne donne plus accès à ses actualités depuis mai 2019 et semble hélas ne plus rien publier depuis la même date. [13]. Mais le forum, de qualité, demeure. Mais en plus riche en fonctionnalités et en nettement plus orienté vers les professionnels. Ainsi, Weblex propose, grâce à des partenariats, un service de community manager pour animer les réseaux sociaux (Twitter, FB ...) de l’entreprise ou encore un service de création de site web.

Emmanuel Barthe


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 44

Dernières brèves