L’édition juridique

Dernier ajout : 14 septembre.

Derniers articles

ELS : une stratégie d’expansion européenne

Les éditeurs juridiques belges et le marché français

French Connection chez Larcier

Mardi 6 juin 2017

Lire la suite »

Ma collègue Isabelle Brasseur signale sur la liste Juriconnexion que les Petites affiches annoncent dans leur numéro du 1er juin 2017 une nouvelle revue Revue européenne et internationale de droit fiscal.

Elle rappelle que cette revue existe en réalité depuis début 2015 et qu’elle est commercialisée par les Editions Bruylant. La revue est disponible sous format papier et est accessible en ligne uniquement pour les abonnés à la base Stradalex du groupe Larcier. Il y a 4 numéros par an.

Cette revue de qualité en fiscalité internationale réunit des universitaires, praticiens et avocats des cabinets internationaux français et étrangers qui confrontent leurs points de vue sur les nouveaux enjeux.

Editeurs juridiques belges : le niveau monte

Ça me fait penser que depuis pas mal d’années, on constate une montée en qualité et en quantité des publications d’éditeurs juridiques belges sur le droit français.

Je pense particulièrement à l’excellente collection de manuels de droit français Paradigme chez Larcier. Ainsi, le manuel de droit des contrats est rédigé par le professeur Houtcieff, un des enseignants consultés lors des préparations des projets de réforme du droit des obligations. Quant au manuel de procédure civile, il est rédigé par Yves Strickler, professeur à Strasbourg, dont la thèse sur le juge des référés reste, aujourd’hui encore, un des très rares ouvrages consacrés à ce sujet assez "technique".

On note aussi depuis au moins quatre ans un démarchage en France pour vendre la base StradaLex de Larcier.

Francis Lefebvre a racheté en 2016 le premier éditeur juridique belge

Clairement, nos voisins du Nord lorgnent sur le marché français.

Il faut dire que le rachat en juillet 2016 du groupe Larcier par l’éditeur français Lefebvre Sarrut, n’a pu qu’accentuer cette tendance.

Le groupe Larcier, représenté par les éditions Larcier, Promoculture et Bruylant, est LE représentant essentiel des éditeurs belges en droit, mais il y en a d’autres : Presses Universitaires de Louvain, Brepols, l’éditeur spécialisé Migration Policy Group (MPG est en fait un think tank) ...

La liste des éditeurs juridiques belges est consultable sur le site de l’association des éditeurs belges (ADEB).

Ce n’est pas nouveau de la part de Lefebvre : en mai 2011 déjà, ils avaient racheté le groupe belge Indicator, spécialisé dans l’édition de newsletters thématiques (fiscale, sociale, etc.) ou sectorielles (immobilier, professions médicales, etc.) à destination principalement des PME et experts-comptables.

Groupe Lefebvre Sarrut : une stratégie d’acquitions en Europe

Ces derniers rachats en date du groupe Editions Lefebvre Sarrut (ELS), la maison mère de Francis Lefebvre, Dalloz et les Editions Législatives, illustrent sa stratégie depuis une vingtaine d’années : une stratégie d’acquisitions à l’étranger [1]. Comme pour rattraper leurs concurrents LexisNexis, Wolters Kluwer et Westlaw. A la nuance (de taille) près qu’ils rachètent uniquement des éditeurs juridiques européns et que le groupe est une entreprise familiale et non une société cotée :

  • Italie : Memento Francis Lefebvre est une joint-venture avec Wolters Kluwer créée en 1991 pour importer en Italie le concept du Mémento pratique. Les EFL possédaient déjà Giuffrè Editore depuis 1931
  • Belgique : Indicator (2011) puis Bruylant et Larcier (2016), donc
  • Espagne : El Derecho Y Quantor (EDQ) (2010), éditeur juridique et fiscal, renommé depuis Lefebvre-El Derecho
  • Pays-Bas : SDU (2013), second éditeur juridique et fiscal néerlandais, après l’indéboulonnable Kluwer
  • Allemagne (2013) : Juris, premier éditeur juridique et fiscal allemand en ligne.

Si ma mémoire et mes estimations sont fiables, l’international et la formation font, depuis une dizaine d’années, plus de la moitié du chiffre d’affaires du groupe ELS. Ce qui veut dire que l’édition y est devenue minoritaire.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique


Petite revue est devenue grande

La revue Actuassurance monte en gamme et devient payante

Rachat par les éditions EBCL, changement de titre en Bulletin juridique des assurances

Dimanche 9 avril 2017

Lire la suite »

[NB : la revue BJDA est repassé en open access en janvier 2019]

Sur la page d’accueil du site de la revue juridique en ligne actuassurance.com, un message aux lecteurs annonce que la revue a éte reprise par un éditeur juridique, EBCL, qui va désormais la publier sous le nom de Bulletin juridique des assurances (BJDA).

Actuassurance.com s’agrandit et devient payante

En voici l’essentiel :

Les fondatrices Sabine Abravanel-Jolly [2], directrice de l’Institut des assurances de Lyon [3], et Axelle Astegiano-La Rizza, maîtres de conférence et auteurs spécialistes du droit des assurances, continuent à en assurer la direction.

De nouveaux auteurs rejoignent l’èquipe actuelle :

  • Maud Bentin-Liaras, docteur en droit et chargée de cours à Lyon 3 (rubriques « Droit commun de l’assurance et Assurance de groupe/collective)
  • Me Cyrille Charbonneau, docteur en droit, chargé de cours à Paris I (rubrique « Assurance construction)
  • Alain Devers, MCF à Lyon 3 et avocat (rubrique DIP de l’assurance)
  • Me Anne Guillou, avocate (rubrique Intermédiaires en assurances)
  • Me Lionel Lefebvre, avocat (rubrique Assurance construction)
  • Me Pousset-Bougère, avocat (rubrique Procédures et Assurances)
  • le professeur Didier Krajeski, Toulouse 1 (rubrique Droit commun du contrat d’assurance)
  • le professeur Jean-Michel Do Carmo Silva, Ecole de Management de Grenoble (rubrique Droit économique de l’assurance).

La revue demeure bimestrielle, mais viendront s’y ajouter 3 ou 4 Dossiers papier par an, de 80 pages environ : ils seront composés d’articles de fond sur des thèmes d’actualité en droit des assurances.

Le prochain numéro de mars/avril 2017 sera donc publié sous le nom de BJDA sur le site : www.bjda.fr

Lors de la prochaine publication, nous vous informerons des nouvelles conditions d’abonnement aux commentaires, articles, archives et Dossiers « papier ». La page d’accueil restera en consultation gratuite.

J’en déduis à contrario que la revue va devenir payante, y compris les archives du site.

Confirmation : EBCL n’est pas vraiment un nouvel acteur de l’édition juridique : il publie le Bulletin juridique des collectivités locales (BJCL). Et sur le site du BJCL, seuls les sommaires de la revue sont disponibles gratuitement. Toutefois, impossible d’en savoir plus : EBCL n’est pas listé sur societe.com.

Actuassurance.com a été lancée en 2008 en revue pur numérique et gratuite et relancée en 2010 avec l’appui du professeur Jean Bigot, ancien directeur de la Revue générale du droit des assurances, membre de l’ancien Conseil national des assurances et fondateur de l’Institut du droit des affaires (IAP, Université Paris I). Elle fêtera donc bientôt ses 10 ans. Que de chemin parcouru ! [4].

Les concurrents

Les autres publications en droit français des assurances :

J’ai oublié un site d’actualité spécialisé en droit des assurances ? Les commentaires sont ouverts.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique


Synthèse et explications

Les revues en SHS à l’heure des logiciels d’édition et des plateformes de diffusion en ligne

Cairn, Revues.org, Persée, Isidore, barrière mobile, open access, OAI ...

Dimanche 17 avril 2016

Lire la suite »

Le billet qui suit a été rédigé en février 2015 pour guider une amie dans le monde nouveau (pour elle) des revues scientifiques en ligne. Je le reprend ici quasiment sans mise à jour ni réécriture, brut de décoffrage et avec son côté "les grandes lignes seulement".

Les petites et moyennes revues françaises en sciences humaines et sociales (SHS) utilisent désormais en partie le modèle d’affaires ("business model") du Web-gratuit-et-bien-référencé-par-Google pour augmenter leur diffusion, valoriser leurs numéros et mieux vendre leurs articles et leurs abonnements. Tout en maintenant leur indépendance et en baissant leurs coûts de production et de diffusion [6].

Pour cela, le processus d’édition des revues change :

  • un fichier Word ou RTF déjà balisé par des styles permet de récupérer facilement et automatiquement les informations dans les champs (Titre, Auteur, Résumé etc.)
  • le logiciel d’édition électronique (CMS) :

Lodel est un de ces CMS, c’est celui qui est derrière Revues.org :

Les méta-données (Titre, Auteurs, Mots-clés, Date, Titre de la revue ; mais pas forcément le texte intégral) sont laissées en accès libre et reconnues automatiquement par les robots indexeurs (on appelle ça le moissonnage OAI-PMH [8]) : non seulement les robots indexeurs des moteurs de recherches du Web (Google, Bing) mais aussi et surtout ceux de logiciels de bibliothèque comme PMB et de bases de données internes aux structures, ou externes comme celle tenue par l’Université allemande de Bielefeld BASE, accessible gratuitement en ligne. Le portail français Isidore fonctionne selon le même principe :

Ce sont les éditeurs, les revues et les institutions (Universités) qui sont derrière les trois plateformes de revues en ligne Cairn (plus orienté éditeurs privés), OpenEdition Journals (ex-Revues.org) (plus orienté universités, il fait partie de OpenEdition géré par le Cleo) et Persée (orienté diffusion de collections patrimoniales [9] et sociétés savantes). Exemples et liens utiles :

Le tout est interrogeable, entre autres sources, sur le méga-portail des publications françaises en SHS Isidore :

Concrètement, ces portails en ligne financés en commun mélangent un accès gratuit aux numéros anciens et le vente des productions récentes à la pièce (quelques euros l’article) ou par bouquets de revues. Les éditeurs ou les revues déterminent eux-mêmes quelle période de leurs collections est en accès gratuit. C’est souvent le modèle de la barrière mobile ("moving paywall") qui est appliqué : la dernière ou les 2 ou 3 dernières années de la revue sont payantes.

L’abonnement direct auprès de l’éditeur reste possible pour certaines revues (ex. les revues des Editions du CNRS sont à la fois disponibles à la vente auprès du CNRS et sur le portail Cairn). Pour d’autres, toutes les fonctions de vente et abonnement sont déléguées au portail. Par exemple, les revues des Presses de la FNSP sont uniquement disponibles sur Cairn.

Emmanuel Barthe
documentaliste, gestionnaire de site web


1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 52

Dernières brèves