Le documentaliste juridique : un veilleur et un acheteur

Lundi 11 août 2008

Veille concurrentielle, sélection des sources d’information en ligne, "push" et négociations plus aggressives avec les fournisseurs [1], tel est le métier des documentalistes juridiques des cabinets d’avocats américains d’après l’étude Law Librarian Survey 2008 (PDF, 5 Mo) publiée par la revue Law Firm, Inc. de l’éditeur indépendant ALM [2].

Ca me semble très représentatif de la tendance lourde qui est à l’oeuvre en France aussi [3]. Seule différence majeure : les publications papier sont chez nous encore très présentes, notamment parce que les traités ne sont pas — pas encore ? cf certains Dalloz Actions et les Mémentos de Francis Lefebvre — en ligne et que l’e-book ne s’est pas encore développé ici, malgré les souhaits de pas mal de mes collègues [4].

Notes de bas de page

[2Racheté en août 2007 par le groupe de publications et sites web B to B Incisive Media, ALM opère désormais sous la marque Incisive Media. Le site web d’ALM et de sa revue phare The American Lawyer est Law.com.

[4François-Xavier et Stéphane se reconnaîtront.

Répondre à cette brève

1 Message

  • Le documentaliste juridique : un veilleur : confirmation 8 juillet 16:45, par Emmanuel Barthe

    Nous sommes en 2021, soit 13 ans après la publication de cette brève et l’importance de la veille dans la profession de documentaliste ne se dément pas. La croissance de la part prise par cette fonction dans ce métier est telle que certains documentalistes sont devenus des chargés de veille à part entière.

    Voici deux exemples de collègues ex-documentalistes juridiques qui faisaient déjà pas mal de veille et sont passé veilleurs à plein temps en changeant d’employeurs : l’une au Crédit Agricole Immobilier et l’autre au Crédit Mutuel Arkéa.

    repondre message