Thomson rachète SuperLawyers

Lundi 8 février 2010

Thomson Reuters [1] vient d’acheter SuperLawyers, le site d’évaluation des avocats américains. Un extrait de la brève du site ABA Journal 2 février 2010 illustre les soucis que le Barreau américain se fait à propos de ce rachat :

« The release doesn’t say whether the company any significant changes in the way the ratings service operates. »

Déjà, en son temps, Thomson West avait racheté le cabinet de consultants pour cabinets d’avocats Hildebrandt. Côté LexisNexis, c’était le rachat de Redwood Analytics.

Les grands éditeurs juridiques se diversifient, écrivions nous : c’est toujours la même stratégie de "guichet" multifonctions pour le monde des juristes qui est à l’oeuvre.

Notes de bas de page

[1Qui, entre parenthèses, sortait aujourd’hui la nouvelle version revampée, Web 2.0, de sa plateforme WestLaw, nommée WestLawNext. Par exemple, on peut chercher en langage naturel (en posant une question "comme" à un être humain) ou "taguer" les documents, comme on le fait avec des services Web 2.0 comme del.icio.us depuis des années. Combiner plusieurs bases de données en une seule recherche, filtrer ou trier les résultats. Ou encore, la page d’accueil est personnalisable. Mais en fait, pour les utilisateurs français de la plateforme LN-JC, peu de surprises, LN-JC, qui utilise la plateforme la plus récente de l’éditeur américain, fait déjà les trois quarts de tout cela. Quant au slogan "Digital research goes human today", je me demande ce que les équipes d’assistance et de formation de WestLaw et mes collègues documentalistes américaines en pensent. Après tout, eux étaient déjà humains ... Cette nouvelle interface n’a rien de révolutionnaire. Simplement, l’appliquer à un contenu aussi énorme représentait un véritable défi.

Répondre à cette brève