Le projet de bibliothèque numérique européenne : précisions sur les actions préparatoires françaises

Mercredi 8 février 2006

Le ministre de la Culture a présenté en Conseil des ministres une communication relative au projet de bibliothèque numérique européenne [1].

Le communiqué de presse du 8 février 2006 nous apprend qu’« au niveau français, quatre actions seront engagées en 2006 :

  • la conversion de 70 à 80 % de la bibliothèque numérique Gallica en mode texte en 2006 et la mise à l’étude de procédés industriels de numérisation de masse permettant de produire entre 300 000 et 400 000 documents numériques en trois ans
  • la mise en place d’une structure public-privé associant, notamment, les éditeurs [par contraste avec Google Print, justement]
  • le développement d’une plateforme de diffusion des contenus sous droits et libres de droits ainsi que de gestion des droits, en vue de l’ouverture d’un service au grand public courant 2006
  • le portage européen du projet par les États membres et la Commission européenne et par l’ensemble des opérateurs potentiels (bibliothèques, éditeurs), avec la constitution d’un premier noyau de partenaires qui devront être mobilisés et fédérés par la Bibliothèque nationale de France (BNF) et le secrétariat général du comité de pilotage. »

Un passage mérite plus particulièrement d’être cité :

« La France leur proposera un modèle de bibliothèque des savoirs pour le grand public. »

Notes de bas de page

Répondre à cette brève