Le groupe Lefebvre-Sarrut se lance dans la signature/certificat électronique et l’archivage légal - Un mouvement probable vers la e-justice

Lundi 2 novembre 2009

D’après les Echos de ce jour, les Editions Lefebvre-Sarrut deviennent l’actionnaire majoritaire de la start-up Dhimyotis (créée en 2005) avec 33,34% aux côtés des fondateurs et de business angels réunis dans le fonds d’investissement Succès Europe (un holding ISF) [1].

Une acquisition qu’on peut interpréter comme un très probable mouvement vers la e-Justice (numérisation des procédures, e-Barreau etc.) [2]. En effet, selon Arnaud Dubois, un des deux fondateurs, cité dans CFnews du 2 novembre (accès réservé) [3], « nous allons déployer notre offre vers les professions libérales grâce à notre nouveau partenaire qui à terme pourra éventuellement monter à notre capital en fonction de la stratégie de développement qui sera menée ». De plus, les deux grands concurrents du groupe, LexisNexis et Wolters-Kluwer [4], ont déjà adapté et fait certifier leurs logiciels de gestion de cabinet d’avocats à e-Barreau.

En effet, Dhimyotis vend des solutions d’authentification/certificats numériques, de chiffrement/cryptologie (produits Certigna), archivage légal/coffre-forts numériques (solution Fortigna). D’après divers brèves et communiqués, il s’agit d’une société déjà distinguée pour ses innovations, reconnue par les pouvoirs publics et qui se verrait bien comme le Verisign français.

En plus de son propre propre service de recherche et développement (R&D), la société travaille aussi avec [5] le Laboratoire d’Informatique Fondamentale de Lille (LIFL, Université Lille 1).

Notes de bas de page

[5Voir page 10 de ce PDF.

Répondre à cette brève