Le Gouvernement tente de détourner 10% des fonds pour l’insertion professionnelle des handicapés

Vendredi 19 septembre 2008

L’AEF signale dans un dépèche de ce jour (19 septembre 2009) que, pour alimenter le budget 2009, le gouvernement veut ponctionner 50 millions d’euros sur les ressources de l’Agefiph.

Ci-dessous des informations communiquées par le service de presse de l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées).

Le conseil d’administration de l’Agefiph demande "unanimement" au gouvernement de renoncer à ce projet.

Dans une lettre ouverte au gouvernement et aux parlementaires, il déplore « l’application unilatérale et sans concertation de cette ponction ». Un prélèvement de 50 millions d’euros représente environ 10% du budget annuel de l’Agefiph. « Ces moyens, qui auraient pu contribuer à former 28 000 demandeurs d’emploi handicapés supplémentaires, vont se transformer en dépense passive sans une formation de plus », écrivent les gestionnaires de l’Agefiph.

Selon la Fnath (Association des accidentés de la vie), membre du conseil d’administration, le prélèvement sur le budget de l’Agefiph doit servir à « financer la rémunération des stagiaires de CRP (convention de reclassement personnalisé), [qui] relevait jusqu’alors de l’État ». Créées en 2005, les CRP s’adressent aux personnes licenciées économiques dans les entreprises de moins de 1 000 salariés.

Le licenciement économique, s’il est un handicap au sens figuré du terme — remarque personnelle — ne me semble néanmoins pas avoir grand’ chose à voir avec les problèmes qu’ont les personnes handicapées à trouver du travail.

Pour le président de l’Agefiph, Tanguy du Chéné (Medef), « on assiste à un budget détourné de son objectif initial » et « il est inacceptable que, lorsque les conditions économiques deviennent plus dures, on fragilise encore davantage les plus faibles » : « la contribution financière des entreprises à l’Agefiph sert à augmenter la formation des personnes handicapées [80% ont un niveau V - BEP ou CAP] et non à combler les trous dans le budget de l’État ».

Voir aussi la dépèche AFP de ce jour.

Contact : Agefiph, Ghislaine Cristofoletti, service de presse, tél. 01 46 11 00 69, g-cristofoletti[CHEZ]agefiph.asso.fr

Répondre à cette brève

2 Messages