Dominique Vignaud, une sacrée directrice d’école de doc

Mercredi 14 janvier 2009

Dominique Vignaud part en retraite.

Dominique Vignaud, — allez, on va le dire comme ça — a sauvé mon école de doc. Avant son arrivée à sa tête en 1999, l’Ecole de Bibliothécaires Documentalistes (EBD) était partie pour devenir une école enseignant la bibliothèque à l’ancienne : incunables, vieux papiers et enluminures.

J’adore les beaux livres, mais il ne vont pas faire vivre la profession des spécialistes de la gestion de documents, de la recherche d’information et de la veille. Celles et ceux qu’on appelle souvent faute de mieux les bibliothécaires documentalistes, mais qui sont aussi responsable du centre de documentation, conservateur, "knowledge manager", "information officer", chargé de veille etc.

Tourner les futurs professionnels de la documentation vers leurs nouveaux métiers, vers Internet, le HTML, le Web 2.0, le XML, les blogs, leur faire faire plus de stages, recruter les meilleurs enseignants et si possible des praticiens ... Tout cela, c’est l’oeuvre de Dominique.

C’est la personne qui a fait de l’EBD ce qu’elle est aujourd’hui : une formation de pointe en pratique professionnelle de l’information [1].

Avant l’EBD, Dominique a dirigé le centre d’information Sources d’Europe à la Défense, avant qu’une rationalisation de la politique d’information de l’Union européenne ne supprime la majeure partie de ces centres pour les remplacer par ... des sites web justement ! [2]

J’ai été très heureux et fier de créer de nouveaux enseignements dans cette Ecole à l’initiative de Dominique. Comme par exemple un cours pratique d’anglais de la documentation ou un autre sur la réalisation d’un annuaire de sites web.

Grâce à Dominique, nous avons maintenant des promotions de professionnels plus opérationnels qu’auparavant, particulièrement côté NTIC. Il y a encore du travail :-) mais le niveau a monté, c’est certain.

Dominique n’a pas tourné l’Ecole vers le passé, sans pour autant renoncer à former des bibliothécaires documentalistes. Simplement les adapter à leur temps, pour qu’ils continuent à diffuser, partager et gérer les documents et l’information sous de nouvelles formes. Et ainsi rester fidèle à leur mission.

Merci Dominique et bonne suite.

Notes de bas de page

[1On va éviter l’expression un peu galvaudée "sciences de l’information". Personnellement, je pense qu’il s’agit d’un artisanat autant que d’une science. D’autre part, ce domaine, particulièrement en France, a autant besoin de vrais professionnels efficaces que de théoriciens.

[2De 1974 à 1991, Dominique dirigeait le centre de documentation du Centre Inffo, qui informe sur et promeut la formation professionnelle continue.

Répondre à cette brève