Le Mémento Droit commercial 2008 : erreur de reliure, maintien du prix

Dimanche 4 mai 2008

Le millésime 2008 du Mémento pratique Droit commercial, un grand classique de l’éditeur Francis Lefebvre, vient de paraître.

L’éditeur a oublié d’intégrer le chapitre 13.

Qui reste toutefois disponible en cahier séparé de 35 pages, le tout au prix habituel.

Or, Francis Lefebvre ne fait qu’un seul tirage. Ils impriment pour l’année entière. Il est très peu probable qu’une version correctement reliée sorte plus tard dans l’année [1]. C’est pourtant un ouvrage important, voire un incontournable. Comme le dit la fiche de l’éditeur sur son site :

« Pourquoi chercher ailleurs ? tout y est. »

Ce Mémento coûte 132 euros TTC [2].

Aussi, malgré les préférérences de mes clients internes pour la version papier de ce type d’ouvrage et ma propre position sur le sujet maintes fois exprimée (le papier n’est pas mort, loin de là [3]), je me demande sérieusement si je vais acheter plus d’un exemplaire de ce Méménto cette année. Pourquoi ?

Primo, parce que mes clients internes n’apprécient pas, eux non plus, les ouvrages en deux morceaux [4] :

  1. c’est anti-pratique
  2. risque de perte du fascicule.

Deuxio, parce qu’absence de réimpression et de remise sur un ouvrage mal relié et au prix très élevé.

Tertio, le Mémento Droit commercial est disponible en version en ligne sur la plateforme Navis droit des affaires.

Notes de bas de page

[1Je n’ai pas eu de réponse de Francis Lefebvre quant à leur position sur ce problème.

[2Pour celles et ceux qui en sont restés aux Francs : 865 FF.

[4Chaque nouveau Code en deux morceaux prouve ce quasi-axiome de la documentation : ouvrage avec fascicule = fascicule perdu sauf si agrafé ou scotché. Mais comment agrafer un truc épais ? Personnellement, je scotche derrière la page de couverture. Pas à l’intérieur, car un fascicule un tant soit peu consistant risque d’arracher les pages sur lesquelles il est collé. Mais s’il est au début, évidemment, le risque est aussi qu’il ne soit pas lu.

Répondre à cette brève