Actualités : derniers articles

L’apport des legaltech et du legal design

Note de synthèse

Jeudi 9 juin 2022

Dans le cadre du Master 2 Communication, sociologie du droit et de la justice (COMJUS) de l’Université Paris 2 Panthéon Assas, et dans lequel j’enseigne aux côtés d’Arnaud Dumourier, deux étudiantes, Paola Peeters et Amélie Barland ont présenté une note de synthèse sur le sujet de l’apport des legaltech et du legal design.

Vu la qualité de leur synthèse et l’actualité du sujet, j’ai proposé de publier leur travail sur ce blog. Il sera également publié sur le site de l’Université Paris 2.

Emmanuel Barthe


Note de synthèse - Les apports du legal design et des legaltech

Dans le cadre du cours de Documentation et Technologie juridique,
dispensé par M. Arnaud Dumourier et M. Emmanuel Barthe
Master 2 Communication, sociologie du droit et de la justice
Mai 2022

Auteures :
Amélie BARLAND
Paola PEETERS


Juriconnexion : best of des PDF

Evaluations des plateformes des éditeurs juridiques, guides, ateliers, Rencontres avec etc.

Mardi 7 juin 2022

Depuis ses débuts, l’association de bibliothécaires documentalistes juridiques, webmestres et autres spécialistes de l’information juridique publie les suppports des interventions à ses journées, ateliers et "Rencontres avec ...", ainsi que les études qu’elle réalise.

C’est une mine d’or pour les professionnels, mais ces PDF sont un peu cachés. Je les ai "sortis" et "mis au soleil" ici.

Pour le Best of des billets de ce blog, c’est par là.

Open data, legaltech, open access

- L’enjeu des legal tech — Ou comment les évaluer ?, 16 février 2021

- Open data des décisions de justice 2016-2019 : une mise en oeuvre problématique : bibliographie commentée, par Hélène Garcia-Solek, bibliothécaire-documentaliste, actualisée au 15/03/2019

- L’éditeur : barrière ou passerelle ? Les publications des jeunes chercheurs en droit à l’heure de l’open access, par Boris Barraud, docteur en droit (LID2MS, Université d’Aix-Marseille), Actes de la journée annuelle Juriconnexion du 7 décembre 2017

Ateliers et Rencontres avec ... sur les ressources documentaires d’un domaine du droit

- Les sources en droit de l’arbitrage commercial international, par Natacha Pinon (CCI), Atelier, 11 septembre 2012 [toujours valable à 90%, et "top of the pops" !]

- La documentation fiscale, par Sandrine Esclangon (Taj, Service Documentation), 5 juillet 2012 [toujours valable à 80%, et là aussi "top of the pops" !]

- Droit social (focus sur les sources réglementaires), Atelier, 28 mars 2013 [toujours valable à 60% et particulièrement utile sur les sources en droit de la sécurité sociale]

- Droit de l’environnement, par Blandine Berger (Huglo Lepage & Associés), Atelier, 8 juillet 2013 [reste très utile]

- Le Droit de l’urbanisme, de la construction et de l’immobilier, Rencontre avec, 27 février 2003 [reste utile]

- Guide des ressources électroniques sur l’information financière des sociétés cotées, Rencontre avec, 21 octobre 2005 [un peu dépassé, mais peut encore être utile]

Mise en place d’une veille : aspects méthodologiques, Journée annuelle, 25 novembre 2014, par Corinne Dupin (consultante indépendante)

- Les travaux parlementaires, Atelier, 2 février 2018

- L’accès aux ressources documentaires des ministères : Quel interlocuteur ?, 16 octobre 2018

- L’accès aux ressources documentaires des ministères : quel interlocuteur ?, 16 octobre 2018

Evaluation de plateformes en ligne d’éditeurs juridiques par le groupe de travail Juriformation

- Lexbase : fiche de synthèse, par Marie Albertini (Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris), Céline Brébant (Latham & Watkins) et Alexandra Deniot (EY), Juriformation, février 2022.
Extrait : « Depuis la rentrée 2021, Lexbase propose une nouvelle fonctionnalité liée au moteur de recherche simple. Le moteur identifie les expressions juridiques contenues dans un index digital généré grâce à des procédés d’intelligence artificielle. Il applique le scoring, la synonymie, la déclinaison et applique également une règle d’espacement de mots ou expressions sur un paragraphe glissant dont la taille est automatiquement définie. Depuis la liste de résultats, en cliquant sur "Personnalisation de votre recherche", la recherche peut être adaptée : réglages de la proximité, ajout ou suppression des motsclés ou du critère de synonymie. Cette fonctionnalité est intéressante pour vérifier comment le moteur a traité la requête et pour éventuellement la rectifier. Et bien qu’elle nécessite d’avertir et de former les usagers, elle peut sans doute limiter le bruit lors de recherches fastidieuses. »
Voilà, c’est ça le "plus" Juriformation [1] : repérer les innovations valables dans les produits des éditeurs.

- Lexis 360 : fiche de présentation, Juriformation, juin 2020

- Lamyline : fiche de synthèse, par Rachida Lièvre (ex-HSBC), Marie-Emmanuelle Vaquier (Bredin Prat), Alexandra Deniot (EY) et Olivier Fruchart (Reed Smith), Juriformation, janvier 2021

- Dalloz.fr et Dalloz-Avocats : fiche de synthèse, par Flavie Verrey (Eversheds) et Séverine Faure (De Pardieu Brocas Maffei), Juriformation, décembre 2016

- Lextenso : fiche d’évaluation, Juriformation, juin 2016

NB :

  • pour Lextenso, il y a eu certaines améliorations depuis
  • d’autres évaluations ont été publiées mais datent trop pour les citer ici.

Etudes, guides, vade-mecum

- Enquête sur les données juridiques publiques proposées par les éditeurs juridiques, mars 2018 [décisions de justice/jurisprudence, textes officiels]

- Exploiter des produits électroniques sur des intranets : Faire face aux difficultés contractuelles, par Groupe de travail Juriconnexion/ADBS, novembre 2007

- Problèmes techniques liés à l’utilisation des bases de données : Synthèse des réponses au questionnaire adressé à la liste de Juriconnexion le 12 avril 2021 pour la Rencontre avec les éditeurs du 28 septembre 2021

Et une exception : un guide publié par d’autres association que Juriconnexion :
- Clients, agences, éditeurs, comment gérer ensemble les abonnements aux périodiques : Vade-mecum, élaboré par ADBS, ADBU, FNPS, GFII, SNIEL, édition 2011 (même si elles ne sont plus guère utilisées dans le secteur juridique, il existe encore des agences d’abonnements)


Legifrance et les autres n’ont pas de fil RSS ? Gênant mais contournable

Créer un flux RSS pour un site web qui n’en possède pas

Les services de création de fils RSS recommandés

Samedi 4 juin 2022

Les sites officiels et le RSS

Certains (doit on dire beaucoup ?) se plaignent que ne figurent toujours pas de flux RSS sur beaucoup de sites publics — et non des moindres, comme Legifrance (à part le sommaire par e-mail du JORF, mais l’e-mail est hors concours dans cet article :-) ou la Cour de cassation [2] ou encore les Bulletins officiels (BO).

Seuls les sites éloignés de France ou au minimum de son administration semblent avoir plus de liberté pour créer des fonctions de veille par le RSS. Exemples :

On a plus généralement l’impression que les sites publics ont interdiction de créer des fonctionnalités de veille — même basiques comme les alertes e-mail, les newsletters et les fil RSS [3]. Alors que le grand public et les associations — et pas seulement les professionnels — en ont besoin. Et la diffusion du droit ne s’en porterait pas plus mal ...

Pour les plus pressés et ceux que la technique effraie, ils peuvent récupérer des fils déjà créés grâce aux services précités. Mais ils sont très rares. Un exemple : les circulaires, un service créé par Guillaume Adréani, ex-responsable de la documentation du Défenseur des droits, grâce au service Feed43 : circulaire.legifrance.gouv.fr.

Certains services en ligne permettent de contourner ce manque : ce sont des services de création de fils RSS. Ils créent des flux RSS à partir de quasiment n’importe quelle page web.

Les services de création de fils RSS recommandés

Voici les services de création de fils RSS recommandés et utilisés par la communauté des veilleurs français.

Attention : les services à modèle d’affaire "freemiums" (version très limitée gratuite, payant pour avoir plus) sont généralement plus pérennes que les purement gratuits [4].

- Basiques :

  • Politepol : version gratuite limitée à 20 fils et des versions payantes. Sans inscription, le fil ne dure que 14 jours. Par le développeur biélorusse Alexandr Nesterenko. C’est un des favoris de Christophe Deschamps
  • Feedfry. Là aussi, un des favoris de Ch. Deschamps
  • Feed43, un service russe assez technique mais puissant : expressions régulières acceptées, création d’un nombre illimité de flux, avec une mise à jour toutes les six heures. Version payante avec mise à jour toutes les heures. Serge Courrier a publié un remarquable tutoriel détaillé sur Feed43 : Transformer une page d’actualités en fil RSS ? Un tutoriel complet avec Feed43 (mai 2018)
  • Fivefilters Feed Creator : limité à 10 résultats par fil. On peut acheter le logiciel pour l’installer sur son propre serveur à partir de 20 euros
  • Deltafeed. Une version gratuite limitée à 15 fils et des versions payantes. Deltafeed est le travail d’un développeur Allemand
  • Exileed permet de créer des fils RSS pour les seuls réseaux sociaux suivants : Vkontakte (le développeur d’Exileed est lui aussi russe), Google+, Twitter, Instagram, Facebook, Youtube, Tumblr, Periscope et d’autres. Site HS à décembre 2021 [5].

- Plus "industriels", avec essai gratuit :

  • Feed43 : voir supra. Clairement, il faut le classer ici aussi, vu la puissance de ses fonctionnalités
  • FetchRSS (ajouté, cf les commentaires infra) : la version gratuite étant très limitée [6], c’est fondamentalement un service payant. Très simple d’utilisation, il offre en option un délimiteur (pour créer un fil RSS ne fonctionnant qu’à partir des modifications d’une partie de la page suivie) et gère les grands réseaux sociaux : Facebook, Twitter, YouTube, SoundCloud, Instagram et les deux grands sites marchands que sont Amazon et eBay
  • dernier arrivé : Inoreader (probablement le meilleur lecteur professionnel de flux RSS pour veilleur) permettait déjà depuis 2015 de créer des fils RSS à partir du contenu de son Inoreader. En avril 2020, ses développeurs lui ont ajouté une fonctionnalité clé, appelée Web feeds : celle de convertir les modifications de quasiment n’importe quelle page web en flux RSS. Voir le mode d’emploi publié par Christophe Deschamps sur son blog Outils froids [7].

Gratuit et open source mais très technique/geek :

  • RSS-proxy. A installer soi-même sur son serveur.

Attention, les grands réseaux sociaux ont supprimé leurs fils RSS natifs, il faut donc passer par les solutions alternatives recommandées par la communauté :

A noter (mais assez complexe à mettre en oeuvre) : il est possible de créer un fil RSS à partir des résultats d’un Google Search Engine (GSE). Voir l’article Créer des flux RSS sur Google Search via Google Custom Search Engine (mai 2016) rédigé par des étudiants du Master Intelligence Economique et Stratégies Compétitives de l’Université d’Angers.

Pour trouver de nouveaux services de création de fils RSS

Des pistes pour trouver d’autres services de création de flux RSS, voyez ces tutoriels :

Et pour votre veille sur le RSS, abonnez vous :

Ok, j’ai un fil RSS. Maintenant, j’en fais quoi ?

A l’aide d’un des outils mentionnés plus haut, vous avez créé un flux RSS. Ce que vous voyez dans votre navigateur web, c’est du code avec une adresse (URL) au-dessus.


Voilà ce qu’il y a "sous le capot" dans un fil RSS. Ca a l’air compliqué, mais non : on y trouve le titre de la page nouvellement publiée (title), sa description, le lien pour y aller (link), ici un lien vers un tweet. Au-dessus, l’adresse (URL) du flux. C’est ça qu’on va copier-coller dans le lecteur RSS

Il ne vous reste plus qu’à copier-coller l’adresse du flux RSS au bon endroit dans votre lecteur/agrégateur de flux RSS. Un lecteur RSS comme The Old Reader (gratuit jusqu’à 100 fils), Feedly, Inoreader (payant mais le meilleur lecteur RSS en termes de fonctionnalités à l’heure actuelle) ou Netvibes (gratuit, fonctions avancées payantes) voire la version payante hébergée pour 15 dollars US par an de Miniflux (critique très positive de NextINpact) et le tour est joué [9].

Notez qu’on peut, avec certains outil filtrer par mots-clés les fils RSS reçus avant de les renvoyer, toujours en RSS. C’est pratique pour éviter d’être noyé sous les nouvelles informations. La limite : ces filtres se fondent généralement sur les seuls mots présents dans le titre ou la description, pas dans le corps du texte. Voir à cet égard :

Et si vraiment, in fine, on veut recevoir ça par email, on passe par un service "RSS to Mail" :

  • Blogtrottr. La version gratuite est un peu lente mais tout à fait correcte et permet la création d’un nombre illimité de fils. Gros avantage sur la concurrence des gratuits, Blogtrottr est fidèle au poste. C’est un service qui a apparemment trouvé son modèle d’affaires à lui et dont le propriétaire n’a pas la folie des grandeurs (je connais Blogtrottr depuis ses débuts vers 2010). 12 ans d’existence, c’est rare dans ce secteur
  • en plus de Blogtrottr, le meilleur selon lui, Ch. Deschamps recommande, parmi les services gratuits RSS to Mail, Feed2Email, Feedrabbit et Feedlivery [10]
  • Rss 2 Mail et Mail 2 Rss par Denis Szalkowski, formateur consultant (2015)
  • le logiciel de messagerie Thunderbird de la fondation Mozilla peut recevoir/lire directement les flux RSS, ainsi qu’Outlook de Microsoft [11]
  • mettre à jour cette liste avec une requête Google "RSS to Mail" OR RSS2Mail OR "RSS to email".

Tout ça est un peu compliqué, certes, mais nécessité fait loi. Et puis, on n’a plus tellement le choix : si un bibliothécaire/documentaliste/veilleur/chercheur n’est pas un geek aujourd’hui, quel peut être son avenir professionnel à long terme ?

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste et veilleur juridique


Dernières brèves

L’apport des legaltech et du legal design

Note de synthèse

Jeudi 9 juin 2022

Lire la suite »

Dans le cadre du Master 2 Communication, sociologie du droit et de la justice (COMJUS) de l’Université Paris 2 Panthéon Assas, et dans lequel j’enseigne aux côtés d’Arnaud Dumourier, deux étudiantes, Paola Peeters et Amélie Barland ont présenté une note de synthèse sur le sujet de l’apport des legaltech et du legal design.

Vu la qualité de leur synthèse et l’actualité du sujet, j’ai proposé de publier leur travail sur ce blog. Il sera également publié sur le site de l’Université Paris 2.

Emmanuel Barthe


Note de synthèse - Les apports du legal design et des legaltech

Dans le cadre du cours de Documentation et Technologie juridique,
dispensé par M. Arnaud Dumourier et M. Emmanuel Barthe
Master 2 Communication, sociologie du droit et de la justice
Mai 2022

Auteures :
Amélie BARLAND
Paola PEETERS


Juriconnexion : best of des PDF

Evaluations des plateformes des éditeurs juridiques, guides, ateliers, Rencontres avec etc.

Mardi 7 juin 2022

Lire la suite »

Depuis ses débuts, l’association de bibliothécaires documentalistes juridiques, webmestres et autres spécialistes de l’information juridique publie les suppports des interventions à ses journées, ateliers et "Rencontres avec ...", ainsi que les études qu’elle réalise.

C’est une mine d’or pour les professionnels, mais ces PDF sont un peu cachés. Je les ai "sortis" et "mis au soleil" ici.

Pour le Best of des billets de ce blog, c’est par là.

Open data, legaltech, open access

- L’enjeu des legal tech — Ou comment les évaluer ?, 16 février 2021

- Open data des décisions de justice 2016-2019 : une mise en oeuvre problématique : bibliographie commentée, par Hélène Garcia-Solek, bibliothécaire-documentaliste, actualisée au 15/03/2019

- L’éditeur : barrière ou passerelle ? Les publications des jeunes chercheurs en droit à l’heure de l’open access, par Boris Barraud, docteur en droit (LID2MS, Université d’Aix-Marseille), Actes de la journée annuelle Juriconnexion du 7 décembre 2017

Ateliers et Rencontres avec ... sur les ressources documentaires d’un domaine du droit

- Les sources en droit de l’arbitrage commercial international, par Natacha Pinon (CCI), Atelier, 11 septembre 2012 [toujours valable à 90%, et "top of the pops" !]

- La documentation fiscale, par Sandrine Esclangon (Taj, Service Documentation), 5 juillet 2012 [toujours valable à 80%, et là aussi "top of the pops" !]

- Droit social (focus sur les sources réglementaires), Atelier, 28 mars 2013 [toujours valable à 60% et particulièrement utile sur les sources en droit de la sécurité sociale]

- Droit de l’environnement, par Blandine Berger (Huglo Lepage & Associés), Atelier, 8 juillet 2013 [reste très utile]

- Le Droit de l’urbanisme, de la construction et de l’immobilier, Rencontre avec, 27 février 2003 [reste utile]

- Guide des ressources électroniques sur l’information financière des sociétés cotées, Rencontre avec, 21 octobre 2005 [un peu dépassé, mais peut encore être utile]

Mise en place d’une veille : aspects méthodologiques, Journée annuelle, 25 novembre 2014, par Corinne Dupin (consultante indépendante)

- Les travaux parlementaires, Atelier, 2 février 2018

- L’accès aux ressources documentaires des ministères : Quel interlocuteur ?, 16 octobre 2018

- L’accès aux ressources documentaires des ministères : quel interlocuteur ?, 16 octobre 2018

Evaluation de plateformes en ligne d’éditeurs juridiques par le groupe de travail Juriformation

- Lexbase : fiche de synthèse, par Marie Albertini (Bibliothèque de l’Ordre des avocats de Paris), Céline Brébant (Latham & Watkins) et Alexandra Deniot (EY), Juriformation, février 2022.
Extrait : « Depuis la rentrée 2021, Lexbase propose une nouvelle fonctionnalité liée au moteur de recherche simple. Le moteur identifie les expressions juridiques contenues dans un index digital généré grâce à des procédés d’intelligence artificielle. Il applique le scoring, la synonymie, la déclinaison et applique également une règle d’espacement de mots ou expressions sur un paragraphe glissant dont la taille est automatiquement définie. Depuis la liste de résultats, en cliquant sur "Personnalisation de votre recherche", la recherche peut être adaptée : réglages de la proximité, ajout ou suppression des motsclés ou du critère de synonymie. Cette fonctionnalité est intéressante pour vérifier comment le moteur a traité la requête et pour éventuellement la rectifier. Et bien qu’elle nécessite d’avertir et de former les usagers, elle peut sans doute limiter le bruit lors de recherches fastidieuses. »
Voilà, c’est ça le "plus" Juriformation [1] : repérer les innovations valables dans les produits des éditeurs.

- Lexis 360 : fiche de présentation, Juriformation, juin 2020

- Lamyline : fiche de synthèse, par Rachida Lièvre (ex-HSBC), Marie-Emmanuelle Vaquier (Bredin Prat), Alexandra Deniot (EY) et Olivier Fruchart (Reed Smith), Juriformation, janvier 2021

- Dalloz.fr et Dalloz-Avocats : fiche de synthèse, par Flavie Verrey (Eversheds) et Séverine Faure (De Pardieu Brocas Maffei), Juriformation, décembre 2016

- Lextenso : fiche d’évaluation, Juriformation, juin 2016

NB :

  • pour Lextenso, il y a eu certaines améliorations depuis
  • d’autres évaluations ont été publiées mais datent trop pour les citer ici.

Etudes, guides, vade-mecum

- Enquête sur les données juridiques publiques proposées par les éditeurs juridiques, mars 2018 [décisions de justice/jurisprudence, textes officiels]

- Exploiter des produits électroniques sur des intranets : Faire face aux difficultés contractuelles, par Groupe de travail Juriconnexion/ADBS, novembre 2007

- Problèmes techniques liés à l’utilisation des bases de données : Synthèse des réponses au questionnaire adressé à la liste de Juriconnexion le 12 avril 2021 pour la Rencontre avec les éditeurs du 28 septembre 2021

Et une exception : un guide publié par d’autres association que Juriconnexion :
- Clients, agences, éditeurs, comment gérer ensemble les abonnements aux périodiques : Vade-mecum, élaboré par ADBS, ADBU, FNPS, GFII, SNIEL, édition 2011 (même si elles ne sont plus guère utilisées dans le secteur juridique, il existe encore des agences d’abonnements)


Legifrance et les autres n’ont pas de fil RSS ? Gênant mais contournable

Créer un flux RSS pour un site web qui n’en possède pas

Les services de création de fils RSS recommandés

Samedi 4 juin 2022

Lire la suite »

Les sites officiels et le RSS

Certains (doit on dire beaucoup ?) se plaignent que ne figurent toujours pas de flux RSS sur beaucoup de sites publics — et non des moindres, comme Legifrance (à part le sommaire par e-mail du JORF, mais l’e-mail est hors concours dans cet article :-) ou la Cour de cassation [2] ou encore les Bulletins officiels (BO).

Seuls les sites éloignés de France ou au minimum de son administration semblent avoir plus de liberté pour créer des fonctions de veille par le RSS. Exemples :

On a plus généralement l’impression que les sites publics ont interdiction de créer des fonctionnalités de veille — même basiques comme les alertes e-mail, les newsletters et les fil RSS [3]. Alors que le grand public et les associations — et pas seulement les professionnels — en ont besoin. Et la diffusion du droit ne s’en porterait pas plus mal ...

Pour les plus pressés et ceux que la technique effraie, ils peuvent récupérer des fils déjà créés grâce aux services précités. Mais ils sont très rares. Un exemple : les circulaires, un service créé par Guillaume Adréani, ex-responsable de la documentation du Défenseur des droits, grâce au service Feed43 : circulaire.legifrance.gouv.fr.

Certains services en ligne permettent de contourner ce manque : ce sont des services de création de fils RSS. Ils créent des flux RSS à partir de quasiment n’importe quelle page web.

Les services de création de fils RSS recommandés

Voici les services de création de fils RSS recommandés et utilisés par la communauté des veilleurs français.

Attention : les services à modèle d’affaire "freemiums" (version très limitée gratuite, payant pour avoir plus) sont généralement plus pérennes que les purement gratuits [4].

- Basiques :

  • Politepol : version gratuite limitée à 20 fils et des versions payantes. Sans inscription, le fil ne dure que 14 jours. Par le développeur biélorusse Alexandr Nesterenko. C’est un des favoris de Christophe Deschamps
  • Feedfry. Là aussi, un des favoris de Ch. Deschamps
  • Feed43, un service russe assez technique mais puissant : expressions régulières acceptées, création d’un nombre illimité de flux, avec une mise à jour toutes les six heures. Version payante avec mise à jour toutes les heures. Serge Courrier a publié un remarquable tutoriel détaillé sur Feed43 : Transformer une page d’actualités en fil RSS ? Un tutoriel complet avec Feed43 (mai 2018)
  • Fivefilters Feed Creator : limité à 10 résultats par fil. On peut acheter le logiciel pour l’installer sur son propre serveur à partir de 20 euros
  • Deltafeed. Une version gratuite limitée à 15 fils et des versions payantes. Deltafeed est le travail d’un développeur Allemand
  • Exileed permet de créer des fils RSS pour les seuls réseaux sociaux suivants : Vkontakte (le développeur d’Exileed est lui aussi russe), Google+, Twitter, Instagram, Facebook, Youtube, Tumblr, Periscope et d’autres. Site HS à décembre 2021 [5].

- Plus "industriels", avec essai gratuit :

  • Feed43 : voir supra. Clairement, il faut le classer ici aussi, vu la puissance de ses fonctionnalités
  • FetchRSS (ajouté, cf les commentaires infra) : la version gratuite étant très limitée [6], c’est fondamentalement un service payant. Très simple d’utilisation, il offre en option un délimiteur (pour créer un fil RSS ne fonctionnant qu’à partir des modifications d’une partie de la page suivie) et gère les grands réseaux sociaux : Facebook, Twitter, YouTube, SoundCloud, Instagram et les deux grands sites marchands que sont Amazon et eBay
  • dernier arrivé : Inoreader (probablement le meilleur lecteur professionnel de flux RSS pour veilleur) permettait déjà depuis 2015 de créer des fils RSS à partir du contenu de son Inoreader. En avril 2020, ses développeurs lui ont ajouté une fonctionnalité clé, appelée Web feeds : celle de convertir les modifications de quasiment n’importe quelle page web en flux RSS. Voir le mode d’emploi publié par Christophe Deschamps sur son blog Outils froids [7].

Gratuit et open source mais très technique/geek :

  • RSS-proxy. A installer soi-même sur son serveur.

Attention, les grands réseaux sociaux ont supprimé leurs fils RSS natifs, il faut donc passer par les solutions alternatives recommandées par la communauté :

A noter (mais assez complexe à mettre en oeuvre) : il est possible de créer un fil RSS à partir des résultats d’un Google Search Engine (GSE). Voir l’article Créer des flux RSS sur Google Search via Google Custom Search Engine (mai 2016) rédigé par des étudiants du Master Intelligence Economique et Stratégies Compétitives de l’Université d’Angers.

Pour trouver de nouveaux services de création de fils RSS

Des pistes pour trouver d’autres services de création de flux RSS, voyez ces tutoriels :

Et pour votre veille sur le RSS, abonnez vous :

Ok, j’ai un fil RSS. Maintenant, j’en fais quoi ?

A l’aide d’un des outils mentionnés plus haut, vous avez créé un flux RSS. Ce que vous voyez dans votre navigateur web, c’est du code avec une adresse (URL) au-dessus.


Voilà ce qu’il y a "sous le capot" dans un fil RSS. Ca a l’air compliqué, mais non : on y trouve le titre de la page nouvellement publiée (title), sa description, le lien pour y aller (link), ici un lien vers un tweet. Au-dessus, l’adresse (URL) du flux. C’est ça qu’on va copier-coller dans le lecteur RSS

Il ne vous reste plus qu’à copier-coller l’adresse du flux RSS au bon endroit dans votre lecteur/agrégateur de flux RSS. Un lecteur RSS comme The Old Reader (gratuit jusqu’à 100 fils), Feedly, Inoreader (payant mais le meilleur lecteur RSS en termes de fonctionnalités à l’heure actuelle) ou Netvibes (gratuit, fonctions avancées payantes) voire la version payante hébergée pour 15 dollars US par an de Miniflux (critique très positive de NextINpact) et le tour est joué [9].

Notez qu’on peut, avec certains outil filtrer par mots-clés les fils RSS reçus avant de les renvoyer, toujours en RSS. C’est pratique pour éviter d’être noyé sous les nouvelles informations. La limite : ces filtres se fondent généralement sur les seuls mots présents dans le titre ou la description, pas dans le corps du texte. Voir à cet égard :

Et si vraiment, in fine, on veut recevoir ça par email, on passe par un service "RSS to Mail" :

  • Blogtrottr. La version gratuite est un peu lente mais tout à fait correcte et permet la création d’un nombre illimité de fils. Gros avantage sur la concurrence des gratuits, Blogtrottr est fidèle au poste. C’est un service qui a apparemment trouvé son modèle d’affaires à lui et dont le propriétaire n’a pas la folie des grandeurs (je connais Blogtrottr depuis ses débuts vers 2010). 12 ans d’existence, c’est rare dans ce secteur
  • en plus de Blogtrottr, le meilleur selon lui, Ch. Deschamps recommande, parmi les services gratuits RSS to Mail, Feed2Email, Feedrabbit et Feedlivery [10]
  • Rss 2 Mail et Mail 2 Rss par Denis Szalkowski, formateur consultant (2015)
  • le logiciel de messagerie Thunderbird de la fondation Mozilla peut recevoir/lire directement les flux RSS, ainsi qu’Outlook de Microsoft [11]
  • mettre à jour cette liste avec une requête Google "RSS to Mail" OR RSS2Mail OR "RSS to email".

Tout ça est un peu compliqué, certes, mais nécessité fait loi. Et puis, on n’a plus tellement le choix : si un bibliothécaire/documentaliste/veilleur/chercheur n’est pas un geek aujourd’hui, quel peut être son avenir professionnel à long terme ?

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste et veilleur juridique


 

Page parrainée par Convention.fr, le spécialiste des conventions collectives et affichages obligatoires.