Poster un message

En réponse à :

L’open data des décisions des cours d’appel et tribunaux n’est pas pour demain

29 septembre 14:50, par Bruno Mathis

Vous écrivez : "Autrement dit et en une phrase, le RGPD exige, pour ne pas appliquer toute la rigueur du droit des données personnelles, que la base soit anonymisée au sens fort où, en l’état actuel de l’art, la réidentification est impossible"
Je ne partage pas votre avis : l’article 35 du RGPD, en prévoyant une étude d’impact, admet implicitement une marge d’erreur : si l’anonymisation des décisions de justice était "forte", l’impact sur la vie privée de leur mise à disposition en open data serait nul, par hypothèse, et l’étude sans (...)

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.