Pourquoi former aux bases de données juridiques

Pour augmenter la fiabilité et l’exhaustivité des recherches, pour gagner du temps

Dimanche 7 avril 2013, par Emmanuel Barthe // La documentation juridique

A lire (c’est court :-) :

Legal Research : Becoming a Cost-Effective Researcher / Shawn G. Nevers [1]
(Brigham Young University, J. Reuben Clark Law School), Student Lawyer [2], Vol. 41, n° 4, pages 18-19, décembre 2012

Abstract : « Costs are a reality of legal research in practice. Unfortunately, because of subsidized access to Lexis, Westlaw and other research tools in law school, law students have little exposure to the real-world costs of research. This column, written for Student Lawyer magazine, offers tips for becoming a cost-effective researcher. »

Extraits et remarques personnelles :

« Practice while you can afford it. » Eh oui, les BU offrent beaucoup d’abonnements payants. On ne les retrouvera généralement pas tous en cabinet, en direction juridique ou en entreprise.

« Use free and low-cost alternatives [3]. » Voir remarque supra.

Même si, en France, le coût des abonnements aux bases de données juridiques des éditeurs est forfaitaire [4], la plupart des conseils donnés dans ce court article de deux pages y sont valables.

La formation des jeunes juristes — ceux qui font le gros des recherches documentaires, des mémos et des synthèses dans les structures — offre d’énormes avantages concurrentiels : fiabilité et exhaustivité si possible des résultats de la recherche, temps gagné pour mieux réfléchir et rédiger.

Encore faut-il avoir le niveau en droit, l’expérience et une connaissance intime de ces bases pour former les juristes à un usage efficace des bases de données. Certains formateurs chez les éditeurs peuvent le faire, mais ce sera sans vision comparative ni connaissance des besoins réels du formé. Sinon, c’est un travail de documentaliste juridique expérimenté.

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique

Notes de bas de page

[1Shawn G. Nevers enseigne la recherche documentaire en droit et dirige le service de l’accueil et des renseignements à la BU de droit Howard W. Hunter Law Library de la Brigham Young University.

[2Ne pas confondre cette revue publiée par l’American Bar Association (ABA) et le site The Student Lawyer. Un excellent site d’ailleurs : voyez donc cette liste des 10 meilleurs trucs pour apprendre ses cours et réviser ses examens de droit. Malgré les différences entre "case law" et droit continental, certaines suggestions font un usage remarquable de l’informatique, de l’Internet et des logiciels gratuits qu’on peut trouver (mindmapping, tableur etc.).

[3En France : les sites des ministères et des AAI, Legifrance/Legimobile etc.

[4Autrement dit, l’éditeur ne tarife pas au temps passé sur la recherche.

Répondre à cet article