Mettre en place un logiciel de gestion de contenu

Bref guide d’installation d’un CMS open source et du "package" AMP

Mardi 15 juin 2004, par Emmanuel Barthe // Logiciels, Internet, moteurs de recherche

Les logiciels de gestion de contenu (CMS) open source [1] sont à la fois simples et pratiques pour mettre à jour un site web — ou un intranet collaboratif — à base d’articles, brèves, annuaire de liens et forums. Cependant, leur mise en place est loin d’être aussi évidente que leur utilisation quotidienne.

C’est pourquoi j’ai rédigé ce petit guide, volontairement succinct afin de ne donner que la démarche. Pour les détails, je renvoie le lecteur aux guides d’installation détaillés disponibles sur les sites officiels de ces logiciels.

Comment monter son site web/intranet avec un CMS sous PHP/MySQL en quelques mots :

  1. choisissez un hébergeur ayant sur son serveur PHP et MySQL et allouant au moins 30 s. aux scripts PHP pour s’exécuter ("maximum execution time")
  2. choisissez votre CMS en lisant les articles de la rubrique Sites sous CMS de Framasoft, ceux de Boomtchak [2] ou de CMS Québec, ou encore celui écrit par votre serviteur (et qui en liste d’autres en annexe).
    Attention : listez préalablement ce que vous voulez faire avec votre CMS, car selon les CMS, certaines fonctions sont absentes. Ainsi, SPIP ne permet pas de monter un forum pur : un forum, sous SPIP, est obligatoirement rattaché à un article. Mambo, lui, ne possède aucun forum.
    Personnellement, j’ai choisi SPIP. Pourquoi ? Lisez mon bref article sur les CMS sur ce site
  3. téléchargez les logiciels "compagnons", notamment les A et M de LAMP [3] :
    • Easyphp, si vous êtes sous Windows. EaysyPHP permet d’installer et de faire tourner en local (c’est-à-dire sur votre PC) le serveur Web Apache, le langage de script PHP, PHPMyAdmin et MySQL
    • le CMS (SPIP ou Mambo Open Source)
    • un client FTP (le meilleur parmi les gratuits est FileZilla)
    • un éditeur Web WYSIWYG pour modifier les squelettes/templates, c’est-à-dire la mise en page (Dreamweaver et GoLive sont les meilleurs parmi les payants, Composer [4] le meilleur parmi les gratuits)
  4. lisez la documentation du CMS, et d’abord sa FAQ (réponses aux questions les plus fréquntes)
  5. chargez ("upload")le CMS sur le serveur de votre hébergeur avec le client FTP — ou sur votre serveur si vous êtes en intranet
  6. faites activer une base MySQL : pour cela, si vous montez un site web, il faut demander à votre hébergeur les données de votre connexion MySQL (adresse et nom de la base, login et password MySQL). Si vous êtes en intranet, contactez l’informaticien
  7. montez votre site ou intranet et écrivez y du contenu, testez le tout en local (c’est-à-dire sur votre PC, donc personne ne vous voit faire des bêtises ;-) dans le CMS avec votre PC grâce à Easyphp
  8. idem en ligne cette fois avec le CMS et le client FTP
  9. gérez votre base de données MySQL avec PHPMyAdmin
  10. c’est parti !

Si vous êtes dans le cas d’un intranet :

  • idem supra
  • si ce n’est qu’au lieu de choisir un hébergeur, il faut installer Apache, MySQL et PHP sur un serveur Linux ou Windows NT/2000 et qu’on n’a pas besoin d’un logiciel client FTP ni d’activer la base MySQL.

Quelques limites techniques :

Une fois le site ou intranet en production, attention aux limites de certains CMS :

  • dans certains cas, il faut découper les textes longs en plusieurs articles, afin de respecter les limites de la base de données MySQL
  • chez certains hébergeurs gratuits ou peu chers (comme Free ou Online), le délai maximal d’exécution des scripts PHP (cf supra) est trop court pour des textes dépassant les 2 pages A4, il faut donc découper les textes en plusieurs articles.

Emmanuel Barthe
utilisateur SPIP

Notes de bas de page

[1Tels PHP-Nuke, SPIP, Mambo Server, ...

[2Boomtchak, figé en l’état depuis novembre 2003, n’évoluera plus, mais ce site contient toujours quantité d’articles intéressants sur les CMS.

[3LAMP est un sigle signifiant Linux Apache MySQL PHP.

[4Composer est un module des navigateurs Netscape et Mozilla.

Répondre à cet article