Linguee lance une alternative à Google Translate

De bonnes idées, mais encore du travail, si on compare à IATE et Google

Jeudi 18 novembre 2010, par Emmanuel Barthe // Ressources en droit des affaires

Héloïse Portal, responsable du département francophone du site de traduction contextuelle semi-automatique Linguee [1] (start-up lancée en 2009 par deux ingénieurs allemands), me signale le lancement depuis peu de Linguee sur les traductions de et vers la langue français.

Voici l’essentiel de sa présentation :

« Linguee.fr est un service en ligne gratuit qui offre la possibilité nouvelle de rechercher du vocabulaire - des mots simples ou bien des expressions - en français et en anglais parmi 50 millions de phrases traduites par d’autres personnes.

Chaque mot recherché est donné dans son contexte. Son autre avantage majeur est que l’on peut y rechercher non seulement des mots mais également des expressions ou de courtes phrases. Les textes de références utilisés par Linguee sont issus du web bilingue, textes donc déjà traduits par une personne — le plus souvent un traducteur professionnel. Nos sources les plus importantes sont les textes du Parlement européen, de l’UNESCO ainsi que les textes de brevets. La variété des textes de notre corpus permet à l’utilisateur de trouver la traduction de termes rares ou particuliers à une discipline qu’il ne trouvera pas dans un dictionnaire traditionnel.

Linguee existe dans sa version Anglais-Allemand http://linguee.de depuis plus d’un an déjà. Le 12 août dernier, trois nouvelles versions ont été mises en ligne : http://linguee.fr (Anglais-Français), http://linguee.es (Anglais-Espagnol) et http://linguee.com.br (Anglais-Portugais). »

Mais au lieu de simplement répercuter des communiqués comme les brèves du Net (et moins souvent de la presse) savent si bien le faire, peut-être faudrait il procéder à quelques tests comparatifs pour évaluer correctement ce nouvel entrant. Commençons par un mot, avec la traduction FR-EN de "notamment" :

  • Linguee donne : 1. notably (qui est certes une traduction parfois possible, mais à mon avis est une mauvaise traduction de "notamment" la plupart du temps) 2. remarkably 3. extremely. Soit 2 et 3 = des erreurs flagrantes
  • Larousse.fr donne 1. especially 2. in particular 3. notably, termes présents dans vos exemples, mais ces extraits sont mal analysés
  • le Collins en ligne gratuit (version non complète) donne : 1. in particular 2. among others
  • IATE, la base de données terminologique des traducteurs des Communautés européennes et du Conseil de l’Europe http://iate.europa.eu/iatediff/SearchByQuery.do donne 1. more particularly 2. in particular 3. especially 4. including 5. any ... such as ...

Passons ensuite à une expression. Si une recherche sur l’expression "obligation de sécurité" sur Linguee donne deux traductions correctes ("duty to ensure safety", "general safety requirement") sur les 9 résultats proposés, IATE aussi permet de chercher des expressions. Elle peut être moins riche que Linguee (ici, elle ne donne que "general safety requirement"), mais elle peut également être plus plus riche (exemple avec "obligation de résultat", pas du tout probant sur Linguee, mais en revanche correct sur IATE : "duty/obligation to achieve a (given) result"). En tout cas, IATE est beaucoup plus rigoureux que Linguee.

Linguee dit s’adresser d’abord au marché des traducteurs professionnels. Eux sauront très probablement faire la part des choses, en esquivant les limites de cet outil et en profitant de traductions parfois difficilement trouvables ailleurs.

Enfin, je note un très bon point pour Linguee : il fournit tant l’extrait du document source que le lien direct vers celui-ci (en général un texte officiel communautaire extrait d’EUR-Lex), ce qui peut permettre de corriger le tir et en tout cas, de vérifier. C’est une fonctionnalité utile, qu’IATE ne fournit pas.

Conclusion : proche comme par hasard (les deux fondateurs de Linguee étaient auparavant chez Google), de par son principe, de Google Traduction [2], le concept derrière Linguee est intéressant. On peut le recommander à titre d’essai si les autres outils (les dictionnaires papier (lien vers l’excellente librairie en ligne de La Maison du Dictionnaire), GDT et IATE principalement) ont échoué, mais de mon point de vue (certes exigeant et *limité à la traduction juridique FR-EN*, mon souci principal ici) , l’algorithme de Linguee et sa communauté ont encore du travail.

A mon sens, il faudrait au minimum catégoriser les textes sources par matière (comme le fait IATE) et étendre le corpus de textes bien au delà du cercle des Communautés européennes. J’hésite donc à lister Linguee pour l’instant dans mon annuaire des sites incontournables pour les juristes. Il est encore jeune, on va le regarder évoluer.

A noter que cette évaluation vaut dans le contexte limité des besoins des juristes en droit français des affaires. Pour ceux qui me trouvent trop dur :-), les commentaires sont en dessous.

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique bilingue anglais-français, évaluateur-acheteur de dictionnaires de langue pour juristes

Notes de bas de page

[1Merci à Clément Vouillon de Tech-Crunh.fr pour sa présentation de Linguee.fr.

[2GG Trad’ fonctionne sur l’achat de corpus énormes et très nombreux de textes identiques traduits dans un maximum de langues (là dessus, Linguee risque d’avoir du mal à le concurrencer), puis une traduction automatique statistique : son algorithme cherche le terme le plus fréquemment utilisé dans l’ensemble des textes réunis. Linguee est proche aussi de GG par la possibilité donnée aux internautes de corriger les traductions données.

Répondre à cet article