Etre geek et aimer les incunables :-)

Les vieux papiers, leur vieillissement, leur préservation

Des techniques fabuleuses, des organismes de recherche et des collections numériques conservées par des biliothèques

Vendredi 9 juillet 2010, par Emmanuel Barthe // La documentation juridique

Les incunables, les Très riches heures du Duc de Berry, les mandorles ... ça fait longtemps. Pour moi ça remonte à mes études de bibliothèque documentation à l’EBD.

Et aujourd’hui, au détour d’une navigation professionnelle sur le web, voilà que je tombe sur ce communiqué du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) : Composés organiques volatils : laissez vieillir les petits papiers ! :

« Les composés organiques volatils (COV) constituent des marqueurs de la dégradation des livres et autres documents en papier. En collaboration avec le Centre de recherche sur la conservation des collections (CRCC, unité CNRS 7188), le CSTB a participé à la caractérisation des composés émis et à la mise au point d’un modèle prédictif de l’état de dégradation du patrimoine culturel "papier". »

Lisez la suite, si vous aimez les vieux papiers — on peut être geek et aimer respirer les vieilles éditions :-) —, c’est passionnant.

La liste des partenaires du CRCC et de leurs sites web est très intéressante pour qui s’intéresse à la conservation et la restauration des ouvrages et des oeuvres d’art. On y trouve par exemple :

Et pour sauvegarder ce trésor et le regarder même à distance, il y a les collections numériques [1]. Notamment Gallica, que la BIU Cujas vient de rejoindre. Et les bibliothèques partenaires de Gallica et bien d’autres encore recensées sur Bibliopedia ou dans le monde anglo-saxon. Je ne suis pas certain que GG Books ait envie de faire ce dur et peu rentable travail.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste

Notes de bas de page

[1Le concept de collection numérique / Frédéric Martin, Emmanuelle Bermès, Bulletin des bibliothèques de France (BBF) 2010, t. 55, n° 3.

Répondre à cet article