Synthèse et explications

Les revues en SHS à l’heure des logiciels d’édition et des plateformes de diffusion en ligne

Cairn, Revues.org, Persée, Isidore, barrière mobile, open access, OAI ...

Dimanche 17 avril 2016, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

Le billet qui suit a été rédigé en février 2015 pour guider une amie dans le monde nouveau (pour elle) des revues scientifiques en ligne. Je le reprend ici quasiment sans mise à jour ni réécriture, brut de décoffrage et avec son côté "les grandes lignes seulement".

Les petites et moyennes revues françaises en sciences humaines et sociales (SHS) utilisent désormais en partie le modèle d’affaires ("business model") du Web-gratuit-et-bien-référencé-par-Google pour augmenter leur diffusion, valoriser leurs numéros et mieux vendre leurs articles et leurs abonnements. Tout en maintenant leur indépendance et en baissant leurs coûts de production et de diffusion [1].

Pour cela, le processus d’édition des revues change :

  • un fichier Word ou RTF déjà balisé par des styles permet de récupérer facilement et automatiquement les informations dans les champs (Titre, Auteur, Résumé etc.)
  • le logiciel d’édition électronique (CMS) :

Lodel est un de ces CMS, c’est celui qui est derrière Revues.org :

Les méta-données (Titre, Auteurs, Mots-clés, Date, Titre de la revue ; mais pas forcément le texte intégral) sont laissées en accès libre et reconnues automatiquement par les robots indexeurs (on appelle ça le moissonnage OAI-PMH [3]) : non seulement les robots indexeurs des moteurs de recherches du Web (Google, Bing) mais aussi et surtout ceux de logiciels de bibliothèque comme PMB et de bases de données internes aux structures, ou externes comme celle tenue par l’Université allemande de Bielefeld BASE, accessible gratuitement en ligne. Le portail français Isidore fonctionne selon le même principe :

Ce sont les éditeurs, les revues et les institutions (Universités) qui sont derrière les trois plateformes de revues en ligne Cairn (plus orienté éditeurs privés), Revues.org (plus orienté universités, il fait partie de OpenEdition géré par le Cleo) et Persée (orienté diffusion de collections patrimoniales [4] et sociétés savantes). Exemples et liens utiles :

Le tout est interrogeable, entre autres sources, sur le méga-portail des publications françaises en SHS Isidore :

Concrètement, ces portails en ligne financés en commun mélangent un accès gratuit aux numéros anciens et le vente des productions récentes à la pièce (quelques euros l’article) ou par bouquets de revues. Les éditeurs ou les revues déterminent eux-mêmes quelle période de leurs collections est en accès gratuit. C’est souvent le modèle de la barrière mobile ("moving paywall") qui est appliqué : la dernière ou les 2 ou 3 dernières années de la revue sont payantes.

L’abonnement direct auprès de l’éditeur reste possible pour certaines revues (ex. les revues des Editions du CNRS sont à la fois disponibles à la vente auprès du CNRS et sur le portail Cairn). Pour d’autres, toutes les fonctions de vente et abonnement sont déléguées au portail. Par exemple, les revues des Presses de la FNSP sont uniquement disponibles sur Cairn.

Emmanuel Barthe
documentaliste, gestionnaire de site web

Notes de bas de page

[1L’article 17 du projet de loi Lemaire pour une République numérique menacerait toutefois ce modèle, selon les éditeurs de Cairn, en permettant l’open access systématique pour l’auteur et en imposant des durées d’embargo plus courte, donc ipso facto une barrière mobile ("moving paywall") plus brève elle aussi.

[2Les deux liens pointent vers deux articles de Ludovic Roland sur l’excellent site de tutoriels/cours en ligne OpenClassrooms : Introduction aux définitions et aux DTD et Schéma XML : introduction.

[3Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting. Le Dublin Core est justement le format obligatoire de base dans le cadre du protocole OAI-PMH.

[4Le plus ancien document sur Persée date de 1840.

Répondre à cet article