Francis Lefebvre rachète Dalloz

La concentration continue dans l’édition juridique française

Mardi 28 juin 2005, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

Le rachat

Les Echos du 23 juin 2005 [1] annoncent la vente de l’éditeur juridique Dalloz aux éditions Francis Lefebvre — plus précisément à leur holding les Editions Lefebvre Sarrut (RCS de Lefebvre Sarrut).

Selon l’article, Dalloz (RCS de Dalloz) réalise un chiffre d’affaires 2004 de 48 millions d’euros. Pour Francis Lefebvre (RCS des EFL), sur les 215 millions d’euros de chiffre d’affaires réalisés l’an dernier par le groupe, 148 millions l’ont été dans l’édition juridique en France.

A qui le tour ?

Le moyen mange le petit. Qui mangera le moyen ?

Les clients et acheteurs de documentation juridiques doivent prendre conscience que la concentration des éditeurs juridiques — et ses conséquences — n’est pas finie. Elle n’aura des chances raisonnables de prendre fin que lorsqu’il ne restera plus que quelques acteurs en France, tous des groupes internationaux. D’ici là, à moins que le modèle économique du secteur ne soit l’objet d’une révolution, une épée de Damoclès restera au dessus des têtes des derniers indépendants.

Etat des lieux

  • Wolters Kluwer [2] France a racheté : Lamy (1989), le Journal des notaires et des avocats (JNA), Dalian, Liaisons sociales, Annonces et Formalités Légales et trois éditeurs de logiciels de gestion de cabinet d’avocats (Ciceron, Héliaste et Clior) [3]
  • LexisNexis (branche presse et juridique du groupe Reed Elsevier), nouveau nom du JurisClasseur (lui-même ex-Editions techniques), possède en France : Litec, la Documentation organique (D.O), Infolib, le Bottin administratif
  • Lefebvre Sarrut, avant de racheter Dalloz, avait racheté les Editions Législatives en 1999. D’autres filiales, y compris à l’étranger où le concept des Mémentos pratiques a été exporté, existent : trois sociétés de formation, dont Francis Lefebvre Formation et Elegia, la filiale formation des Editions Législatives, et Lefebvre Software (logiciels comptable, de paie et de gestion des RH). [mise à jour au 5 février 2009 : voir la structure du groupe sur le site des EFL]
  • le groupe Editions juridiques associées (EJA)-Petites affiches (PA) : les PA et les EJA ont des participations croisées l’une dans l’autre. Les Petites affiches, groupe familial s’appuyant sur la SSII éditoriale Jouve, ont racheté LGDJ-Montchrestien, Defrénois, Joly, Gualino, la Gazette du Palais. Ils ont aussi lancé le portail Lextenso
  • le groupe Thomson possède Transactive, éditeur du Doctrinal et de la revue Concurrences
  • restent indépendants :
    • le Groupe Revue fiduciaire (voir le commentaire de son directeur général sur la politique du Groupe RF)
    • Economica, qui publie des traités peu nombreux mais en général d’excellente qualité
    • des éditeurs de petite et moyenne tailles plutôt tournés vers les particuliers et dirigés par leur fondateur : Maxima (Laurent Dumesnil), le Puits fleuri (Emile Guchet), L’Harmattan (Denis Pryen) ...

Pourquoi la concentration continuera

Les éditeurs juridiques français indépendants ne semblent pas suffisamment gros pour être hors de portée de rachats futurs. Et ils sont possédés par des familles. Or on constate que les héritiers des familles fondatrices de PME ont tendance à vendre. Enfin, les autorités de la concurrence semblent avoir tendance à ne pas considérer l’édition juridique comme un marché et trois acteurs ne représentent qu’un oligopole, pas un monopole. Il y a donc peu de chances pour que la concentration s’arrête avant ce stade ultime.

Autonomie ou intégration ?

On peut espérer que la filiale Dalloz et surtout sa rédaction [4] conserveront leur autonomie. A long terme, cependant, le risque de disparition de facto existe : des maisons rachetées dans les années 90 ne sont plus, aujourd’hui, que des marques.

[Mise à jour au 21 septembre 2005] Livres Hebdo publie en septembre 2005 son dossier annuel consacré à l’édition juridique, titré "Droit : une année charnière". L’article principal s’intéresse surtout à deux éditeurs : Dalloz et Francis Lefebvre. Une interview de Jean-Baptiste Bleu, président du comité exécutif de la holding Lefebvre Sarrut, nous informe des raisons qui ont conduit les éditions Francis Lefebvre à envisager la prise de contrôle de Dalloz et des modalités de l’intégration de ce dernier. On y apprend notammant que l’idée d’un grand portail juridique regroupant le fonds éditorial de Dalloz, des éditions Francis Lefebvre et des éditions Législatives n’est pas à exclure. L’intégration de Dalloz à Francis Lefebvre, au moins celle de son contenu numérique, est donc clairement une possibilité.

Emmanuel Barthe

Notes de bas de page

[1Hachette Livre prêt à vendre Dalloz aux Editions Lefebvre Sarrut, Les Echos 23 juin 2005 p. 25 (article payant).

[2Le groupe Wolters Kluwer est né en 1985 de la fusion de deux maisons d’édition hollandaises, Wolters Samson Group et Kluwer.

[3Source : Les filiales de WoltersKluwer France, sur le site web de Lamy.

[4La force et la qualité du contenu de Dalloz viennent de là, avec ses auteurs.

Répondre à cet article