E-books et tablette : un acteur français doté d’un "business model" plus attractif pour les libraires

Un acteur français et qui respecte les choix des libraires

Mercredi 20 juin 2012, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

Bookeen, le petit français qui se bat contre Amazon (Les Echos 14 juin 2012).

Extrait :

« Bookeen décide alors, en 2010, de changer son propre modèle. La société se met à vendre elle aussi des e-books (elle a signé avec la plupart des grands éditeurs français, sauf Hachette et Albin Michel). Surtout, elle décide d’adopter une stratégie "B to B", en ciblant d’abord les libraires. Elle leur propose un système ouvert : ils peuvent utiliser sa liseuse et sa plate-forme pour proposer leur propre catalogue d’e-books (y compris en marque blanche), ce qui leur permet de conserver l’accès à leur clientèle. Un argument de poids pour les convaincre, alors qu’ils cherchent justement à éviter de voir leurs clients détournés par les géants des e-books. Bookeen a ainsi séduit Virgin, Cultura ou Decitre en France, et le leader La Feltrinelli en Italie.

Au total, Bookeen affirme avoir vendu 100.000 liseuses entre 2008 et 2011. Et espère franchir un nouveau cap en 2012. « Nous nous sommes fixé un objectif de 120.000 ventes cette année, mais nous pensons déjà que cet objectif sera largement dépassé », indique Michaël Dahan. Bookeen, qui compte 17 salariés, espère réaliser cette année un chiffre d’affaires supérieur à 10 millions d’euros. Il était de 6,5 millions en 2010, mais avait chuté « de façon significative » l’an dernier. La société est toutefois, au dire du dirigeant, toujours restée bénéficiaire. »

Répondre à cet article