Le Bailly n’a pas encore trouvé son équivalent sur Internet ...

Dictionnaires français - grec ancien sur Internet

... mais l’abrégé du Bailly, si !

Dimanche 14 octobre 2012, par Emmanuel Barthe // Liens en vrac

Dans la catégorie "Rien à voir avec la documentation juridique", une personne de mon entourage, professeur de lettres à la retraite, se (re)lance dans l’enseignement du grec ancien, celui du Nouveau Testament.

En l’honneur de son retour dans la carrière, voici une sélection de ressources Internet en traduction grec ancien -> français moderne, français moderne -> grec ancien. Enjoy !

NB : une bonne partie des ressources décrites ici sont signalées dans l’excellente liste commentée de Translatonline et la longue recension sur le grec ancien de l’annuaire de dictionnaires Lexilogos.

- Dictionnaire grec ancien - français / Anatole Bailly : Abrégé du dictionnaire grec français, Librairie Hachette, 1901. Cette version ne compte qu’environ la moitié de la pagination du Dictionnaire complet. Il existe plusieurs version de cette édition, qui est maintenant hors droits [1]. Bien noter que ni le Bailly ni son abrégé ne traduisent du français vers le grec ancien :

  • version Tabularium (PDF). Copie image de l’original. Très propre et très rapide à charger. Version recommandée, d’autant plus qui’elle est mal référencée par Google, notamment parce que les moteurs indexent plus facilement les pages HTML que les fichiers PDF
  • version HTML (pages web) Remacle : oeuvre numérisée par Marc Szwajcer et mise en page par Philippe Remacle. L’auteur de cette transcription a ajouté, pour la plupart des mots, un exemple tiré de l’auteur qui a utilisé le plus souvent le mot
  • version Wikisource : pas terminée, mais offre une recherche dans l’index des mots grecs.

NB : le seul véritable rival du Bailly, le Lacroix (Dictionnaire grec-français / Victor Magnien, Maurice Lacroix, Belin, 1ère éd. 1969) n’est disponible qu’en papier. Plus moderne que le Bailly, mais avec moins de citations des auteurs.

- Dictionnaire grec - français du Nouveau Testament / Didier Fontaine [2], Areopage.net, 5868 entrées, dernière mise à jour 10 avril 2010 (lettres Τ > Υ en cours de finalisation). Ce dictionnaire est une compilation de nombreux ouvrages, notamment l’abrégé du Bailly [3]. Il fournit les sens propres au Nouveau Testament, sans négliger les acceptions classiques. Versions PDF et Word en un fichier à télécharger sur son ordinateur.

- La Bible en français & hébreu, grec, latin (Lexilogos).

- Dictionnaire Freelang : Grec ancien / Nathalie Galand, grec ancien - français : 1 125 mots, français > grec ancien : 1 113 mots, mis en ligne le 8 mai 2002. Suppose le téléchargement et l’installation d’un logiciel. Son point fort : la traduction du français vers le grec ancien.

- Dictionnaire français-grec / Charles Alexandre, Hachette 1885. C’est une version PDF OCRisée Gallica. Un peu lente. Mieux vaut la télécharger en un (gros : environ 61 Mo) fichier PDF et la consulter et interroger sur son ordinateur. L’édition de 1850 de ce dictionnaire sur Archive.org est beaucoup plus rapide à consulter en ligne dans sa version HTML, mais n’essayez pas sa version PDF (200 Mo).

Manuel pou- r l’étude des racines grecques & latines / A. Bailly, E. Egger, A. Durand et P. Lauriel, 1869

- Itinera Electronica - Hodoi Elektronikai : base de données : De la forme ou de l’expression française aux littératures latine et grecque / programmation Boris Marouteeff, Université Catholique de Louvain (Projet Helios). Etat au 30 juin 2006 : 555 bdd latines - 285 bdd grecques - 51.810 (blocs d’) enregistrements. Voir la présentation de cette base de données terminologique.

- help.berberber.com : The international discussion forum > Free Translation Forums > Ελληνικά (Greek) : surtout des discussions sur le grec moderne, mais pas seulement

Conclusion : le dictionnaire d’Anatole Bailly (dit "le Bailly" par les hellénistes) n’a pas encore trouvé son équivalent sur le Net. Selon votre opinion, laquelle des deux appréciations suivantes choisirez vous : "Long live paper !" ou "Let’s build an online community to build it !" ?

Personnellement, je choisis les deux ;-) [4]

Emmanuel Barthe
ancien étudiant en grec ancien au collège

Notes de bas de page

[1] L’auteur est décédé en 1911 et la durée du droit d’auteur post-mortem était à l’époque de 50 ans après la mort de l’auteur (70 ans maintenant).

[2] D. Fontaine est diplômé de Lettres classiques de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, diplômé de Grec biblique et d’Hébreu biblique auprès de l’Institut Catholique de Toulouse et certifié de Langues bibliques auprès de l’Institut Catholique de Toulouse.

[3] Liste complète : Dictionnaire grec - français du Nouveau Testament, par Maurice Carrez, Dictionnaire Grec - Français du Nouveau Testament, par J.-C. Ingelaere, P. Maraval et P. Prigent, L’Abrégé du Dictionnaire Grec - Français par Anatole Bailly, Dictionnaire Grec-Français par Ch. Georgin (Hatier, 1961), Lexicon, par Jean-Michel Fontanier (PUR, 2002).

[4] Comme je l’ai souvent écrit ici, en documentation/littérature scientifique/information, je prend le meilleur des trois mondes : papier, numérique et surtout humain. Après, ça impose des réévaluations régulières, la part du papier a beaucoup régressé, mais comme outil de conservation, beaucoup d’eau passera sous l’eau avant qu’il soit remplaçable avec les mêmes garanties de durée et qualité de conservation. A notre toutefois les microfiches avec une durée de vie de plus de 100 ans (mais les lecteurs, eux, ont quasiment disparu sauf dans les très grandes bibliothèques et certaines de recherche).

Répondre à cet article