A la poursuite du grand GG

Ktitareff sur les moteurs novateurs de la Silicon Valley

Mardi 23 juin 2009, par Emmanuel Barthe // Logiciels, Internet, moteurs de recherche

Michel Ktitareff, le correspondant des Echos dans la Silicon Valley (voyez son blog), a encore frappé avec un de ces articles extrêmement informatifs et solides sur l’économie Internet et le secteur de l’informatique, dont il a le secret :

A la poursuite de Google, Les Echos 23 juin 2009.

Cette pleine page cite tous les concurrents start-up de Google (GG). En sus, donc, des classiques Exalead (français), Yahoo Search, Bing (Microsoft) et Alltheweb.

Voici la liste :

Attention :

  • ne nous emballons pas, la plupart de ces concurrents, si ce n’est leur totalité, ne perceront pas. Au mieux, ils seront rachetés et intégrés à un moteur dominant, comme Powerset par Microsoft
  • certaines de ces technologies ne sont que des "démo" et du point de vue du spécialiste de la recherche ou de l’expert dans un domaine ne fournissent pas des résultats vraiment pertinets ou meilleurs que ceux du grand GG
  • certains n’indexent pas le français/les sites français. Pas tous, loin de là, mais on sent quand même de manière générale un manque de "localisation".

Plus que leurs noms, ce qui importe, ce sont leurs principes de fonctionnement sur lesquels ils s’appuient et leurs technologies : métamoteurs (classique, ça, mais poussé à fond, comme chez Kosmix et ses 10 000 sources), mais aussi langage naturel (Wolfram Alpha), sémantique (Powerset, justement : le moteur dont la technologie été intégrée à Bing), réseaux sociaux/communautés d’utilisateurs/experts (Aardvark, Chacha), suggestions pour affiner la requête (Quintura ; assez classique depuis Exalead), nuages de tags, Twitter (Twitter Search, Topsy [1]), intelligence artificielle (Siri), recherche audio (Modimi).

Que des chemins ignorés par Google. Qui, de fait, se repose un peu en technologie de "search" pure depuis quelques années, préférant développer sa régie publicitaire, des applications bureautiques ou encore Analytics, son logiciel en ligne de statistiques de consultation et d’optimisation de site web.

Emmanuel Barthe

Notes de bas de page

[1Ce ne sont pas les seuls sur le segment "twittien".

Répondre à cet article