Ressources en droit des affaires

Dernier ajout : 14 mars.

Derniers articles

Le Canard est mal barré

Pourquoi le Canard enchaîné devrait évoluer — et pas qu’un peu

Jeudi 14 mars 2019

Lire la suite »

Le Canard Enchaîné est une institution de la presse française. A plus d’un titre :

  • lancé le 10 septembre 1915, c’est un des plus vieux titres de presse français vivant [1]
  • il est très rentable (pour un organe de presse) et possède assez de réserves financières pour vivre pendant plus de cinq ans sans aucune recette.

Le risque

Le Canard refuse de passer en ligne. C’est une position bien ancrée chez eux. Le comble de ce refus est qu’en fait, le Canard enchaîné a bien une appli, mais réservée aux clients hors UE et Suisse !

Du point de vue de certains veilleurs, s’il ne passe pas en numérique, le Canard Enchaîné va mourir insensiblement, très lentement mais très sûrement en une dizaine d’années [2]. Pourquoi ? Parce que :

Le remède

Pourtant, le Canard pourrait parfaitement être rentable en ligne :

  • son prix est (très) bon marché : 60 euros TTC par an l’abonnement (Mediapart est à 132 euros). Il pourrait donc financer son passage en ligne soit avec ses réserves financières soit par une augmentation du prix de son abonnement
  • Mediapart, lancé en 2008 et qui a atteint son point mort dès 2011, en a fait la démonstration avec ses excellents résultats financiers 2017 : la spécialisation/les niches permettent aux pure players de s’en sortir [4]
  • à part la Lettre A et Mediapart, le Canard n’a plus d’autre concurrent sur le segment des "affaires". Marianne n’est plus vraiment un concurrent sur ce segment.

Emmanuel Barthe
veilleur presse

PS : attention, mettons-nous bien d’accord, je n’ai pas écrit que toute la presse pure player est par définition rentable. Loin de là : des initiatives originales et de qualité ont actuellement de grandes difficultés [5]. La presse, quand elle n’exploite pas certains filons en nombre très limité — comme les affaires politico-économico-financières ou les "people" — a besoin d’investisseurs prêts à la soutenir contre vents et marées, qu’ils agissent par conviction, par intérêt ou par souci d’influence [6].


Toltec : un DPO externe pas tout à fait comme les autres

Mardi 2 octobre 2018

Lire la suite »


Vidéo de présentation du projet

Philippe Gabillault, ancien délégué a la protection des données (DPO) de Carrefour [7] créer sa propre agence de PO externe ce 1er octobre : Toltec Data Compass.

Voici ce qui peut distinguer Toltec d’autres sociétés du secteur :

- L’expérience de son fondateur. A la fois en tant que juriste d’entreprise et DPO interne en 26 ans d’évolution chez Carrefour.

- Gabillault est un professionnel intéressé par le concret plus que par les luttes de pouvoir. C’est un spécialiste de la diplomatie et de la politique interne mais pour lui, leur but n’est pas le pouvoir, mais l’action et les résultats. Je l’ai connu très jeune en fac de droit à Sceaux (Paris XI) où il organisa l’événement des 20 ans de la fac, et il n’a pas changé.

- Le fondateur de ToltecDC ne sait pas travailler sans une dose importante d’éthique. Pour lui, la manière compte autant que le but. Communiquer avec toutes les parties, par exemple, fait partie (!) de sa façon de travailler.

- C’est aussi est un sportif accompli, et qui utilise le sport pour attirer l’attention sur des causes importantes. En 2016, il participait, pour la Fondation Maladies rares, à l’édition 2018 de la course d’endurance de 171 km Ultra Trail du Mont-Blanc (UTMB), épreuve qu’il a terminée dans le temps nécessaire pour être classé ("finisher").

Un autre DPO externe pour lequel moi ou mes contacts avons un a priori favorable : Valérian Bonnard (DPO Consulting). Je suis son compte Twitter depuis plus d’un an et il est très bien tenu à jour, très bien informé.

Emmanuel Barthe


La presse écrite et Internet

Tous les billets, toutes les sources

Mercredi 12 septembre 2018

Lire la suite »

La presse, et particulièrement celle quotidienne et d’opinion, est une source essentielle d’information tant pour l’exercice du jeu démocratique — je passe, ça a été assez répété ailleurs — que pour la veille — ça, on ne le dit pas assez.

Or, les concentrations, la concurrence des sources gratuites sur Internet (dépêches AFP sur Google, Reuters sur Yahoo, gratuité en ligne de la majeure partie des articles du jour du Monde, de Libération, du Figaro, etc.) et des gratuits papier (20minutes, etc.) ou encore les habitudes de consommation d’information des lecteurs menacent la diversité et la richesse de cette information.

Pour tenter d’attirer l’attention sur ce problème qui va impacter presque tous les veilleurs d’ici un ou deux ans, je regroupe ici tous les billets que j’ai écrits sur le sujet de la presse. Beaucoup renvoient à des articles des Echos (et d’abord ceux de Nathalie Silbert, chef de rubrique Médias des Echos) et des billets du blog Novövision [8], autrefois tenu par un journaliste sous pseudo, Narvic.

Voir aussi les nombreux articles et débats lors des Etats généraux de la presse écrite fin 2008.

Je ne résiste pas au (sombre) plaisir de citer aussi deux des derniers billets de Narvic (qui a arrêté son blog Novovision il y a longtemps) :

  • Information en ligne : le règne du canon à dépêches
    Extrait : « Une étude scientifique [format PowerPoint pour la présentation et PDF pour le papier complet] le confirme : la diversité de l’offre d’information dans les sites d’information en ligne est loin d’être aussi importante qu’on aurait pu l’espérer. Cette offre est massivement "redondante" et "stéréotypée" : les sites d’informations [NB : quelque soit leur propriétaire] diffusent la même information en même temps, avec une extrême concentration de la production sur une toute petite quantité de sujets ultra-dominants dans l’actualité. [...]
    L’audience des sites portails "sans journalistes", les purs "canons à dépêches", domine largement celle des sites de médias disposant de journalistes et offrant une information plus originale et plus diversifiée. »
    Un commentaire signale que « ce canon à dépêches était déjà sérieusement en marche bien avant l’arrivée du Web »
  • A la recherche du cyberjournaliste introuvable...

Du côté des chercheurs, on peut citer entre autres :

Du côté des sites et blogs, on pouvait voir la liste des sources (500 ...) de Narvic (pour ceux qui connaissent, c’est un fichier OPML, autrement dit une liste de fils RSS). Parmi les plus actifs, on pouvait citer, en plus de Novövision, Samsa ou Jeff Mignon.


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 42

Dernières brèves