Liens en vrac

Dernier ajout : 9 octobre.

Derniers articles

Parler anglais à Paris : clubs de conversation, cours, sites web, dictionnaires

Ressources gratuites et payantes

Dimanche 9 octobre 2016

Lire la suite »

Où trouver des clubs de conversation en anglais, gratuits, à Paris ? Où trouver de *bons* cours d’anglais ?

Clubs et RDVs de conversation en anglais

ll y a plein de rendez-vous physiques sur Paris (en général dans un bar donc compter le prix de la conso) ou en ligne (par Skype principalement) pour parler anglais :

  • une liste sur le site Franquette.fr
  • forums et clubs informels de conversation de Couchsurfing.org (même si le site est à l’origine fait pour trouver un hébergement gratuit il est aujourd’hui bien plus que ça). De plus le site est clairement organisé, il est assez facile d’y trouver les annonces de conversation en anglais. S’inscrire sur le site et remplir correctement son profil sont nécessaires
  • le club informel de conversation Polyglot (gratuit sauf la conso) est semble t-il très connu.
    Il faut d’abord s’inscrire sur le forum puis chercher des "events" ou des "friends" (passer par le menu). Le site est assez mal organisé mais c’est inévitable avec un tel système et un tel succès. Je ne connais pas ce club mais je pense qu’une fois que l’on a trouvé un groupe de personnes ou un type d’événements, ça doit être plus simple.
    On y trouve aussi sur le site de Polyglot des cours payants (exemple) qui ont l’air sérieux (adhésion + 6 euro + consommations dans un café).

Cours d’anglais

Les sites de cours gratuits recommandés par l’APEC.

Une liste établie par l’Express est utile, même si elle date de 2009, car elle liste des offres gratuites mais très sérieuses et les grands acteurs des cours d’anglais sur Paris et de l’e-learnng [1] :

Ajouter les PME récemment créées et les cours particuliers :

Les 4 meilleurs applications pour smartphone pour apprendre l’anglais en ligne, selon Valentin-Pringuay (Presse-Citron 25 juillet 2013) : une sélection de services "fun" et sans d’ambition.

Un moyen de vérifier qu’un cours payant est bon est de regarder s’ils sont enregistrés pour préparer ou faire passer le TOEFL (le plus dur des trois "tests"/examens), le TOEIC ou les différentes variantes du Cambridge Proficiency in English (CPE).

Pour trouver les établissements qui sont enregistrés pour faire passer le CPE, on peut aller sur le site du CPE ou vérifier sur leur site s’ils portent la mention. Le TOEFL et le TOIC ont leurs propres sessions.

A compléter cette liste de ressources en ligne gratuites sélectionnées par Idéalangues : Best Of des sites gratuits d’anglais (y compris des dictionnaires de langue). Y ajouter :

Emmanuel Barthe
documentaliste fluent in English :-)


Apiculture, vente de miel et produits des abeilles

Un business à reprendre en Haute Loire

La Ferme des Abeilles

Mardi 4 novembre 2014

Lire la suite »

Dans la série notes personnelles, je signale aux apiculteurs et investisseurs (modestes) que la Ferme des Abeilles [2] dans les Cévennes (Fay-sur-Lignon, Haute-Loire) cherche un successeur/repreneur pour cet hiver.

Vincent Faure a fait (bien) vivre cette exploitation plus de quarante ans. Elle produit le meilleur miel auquel j’ai jamais goûté.

Contacts :
mail (formulaire) : http://www.lafermedesabeilles.com/52/contact
tél. : 04 71 59 55 80

Faites passer le mot !

Emmanuel


L’édition juridique en mutation profonde

Réflexions d’un éditeur et d’un acheteur formateur

Lundi 20 octobre 2014

Lire la suite »

Avec l’aimable autorisation d’Archimag, l’Association pour le Développement de l’informatique Juridique (ADIJ) propose sur son site de consulter librement un des articles récents les plus instructifs sur l’édition juridique française du 21e siècle :
Les métiers de l’édition juridique en mutation profonde.

Cet article est écrit par un acteur de ce secteur, Grégoire Mainçon-Vitrac, rédacteur en chef de la Revue Lamy des Collectivités Territoriales et membre de l’ADIJ.

Dans le numéro de septembre 2014 de la revue Archimag, M. Mainçon-Vitrac décrit les fonctions/métiers existants dans l’édition juridique (presse/édition), et évoque l’évolution des métiers et donc les nouvelles compétences. Il parle aussi de la nécessité pour les éditeurs, pour l’instant, de continuer à produire de l’électronique *et* du papier, notamment parce que les décisionnaires en matière d’achat ne sont pas encore des "digital natives".

On peut aussi aller plus loin que ce constat, qui me semble t-il ne parle que peu de la tendance irrésistible en cours. Même si, comme je l’ai souvent écrit ici, le papier garde ses avantages (moins cher que le online, conservation illimitée, possibilité de consulter librement même après résiliation de l’abonnement, meilleure lisibilité, possibilité d’avoir jusqu’à 5-6 ouvrages consultables en même temps [3]), il n’a plus la faveur de la masse de ceux qui font l’essentiel des recherches en droit : les 18-25 ans, principalement les étudiants, les stagiaires et les jeunes collaborateur.

G.M.V ne parle pas non plus de l’évolution des plateformes en ligne juridiques vers des moteurs de recherche évitant aux juristes l’utilisation des opérateurs logiques (ET, OU, proximité, troncature ...) par le langage naturel, le classement des résultats par "pertinence", l’utilisation de dictionnaires de synonymes voire de thésaurus, de cartouches d’enrichissement en mots-clés Temis ...

Sur la concurrence du gratuit, G.M.V a raison : seule l’offre de textes officiels, de jurisprudence (Legifrance) — mais aussi de rapports publics (Bibliothèque des Rapports Publics, BRP) et de fiches synthétiques destinées au grand public (Service-public.fr) — est de qualité. Pour autant, les sites d’avocats, pour se faire de la publicité et même s’ils n’ont pas le niveau universitaire ni une mise à jour constante, sont devenus beaucoup plus riches en informations, même si cela dépend étroitement des domaines. Le "corporate" et le droit financier sont par exemple très nettement sous-représentés que sur l’Internet gratuit. Quand on voit la qualité de Lexology ou la partie publique de Practicallaw ...


1 | 2 | 3

Dernières brèves