La documentation juridique

Dernier ajout : 2 septembre.

Derniers articles

Confiture de liens sur/pour la veille et la recherche : dé-tronquer un flux RSS, Yahoo Pipes, M. Battisti sur le droit de la veille/panorama de presse, Matt Cutts sur le contenu idéal d’un site web, Dave Winer sur Twitter

Mercredi 11 juillet 2012

Lire la suite »

Transformer un flux RSS coupé en flux RSS complet, 2 janvier 2012 : Korben recommande deux outils :

Filtrer votre veille par mots clés avec Yahoo Pipes / Vincent, blog Veille & Recherche 11 juin 2012 : clair et pédagogique. A essayer.

Twitter is a Corporate API / Dave Winer [1], Scripting News 7 juillet 2012. Le sens final de ce billet : ne vous reposez pas trop sur des outils "partenaires" quand ils ont atteint une certaine taille. Ils peuvent changer les règles et ne dépendent pas de vous. Vous dépendez d’eux. Autant que possible, développez vos propres outils de recherche et de veille ou bien utilisez des outils standards et/ou open source.

Matt Cutts and Eric Talk About What Makes a Quality Site / Eric Enge, Stone Temple Consulting (STC) 7 juillet 2012. Eric Enge est le fondateur de STC, une société de conseil en référencement et marketing en ligne. Il interviewe un des grands "communicants" de Google, Matt Cutts, responsable anti-webspam chez GG. Les propos de M. Cutts et les commentaires (de qualité) des SEO sous son interview laissent clairement entendre l’influence énorme qu’a Google aujourd’hui sur ce que doit contenir un site et même une simple page web. La conception qu’a cette société de la recherche en ligne, de l’information contient inévitablement des biais, des présupposés. A lire, commentaires compris, en cherchant ces biais.

La veille. De quelques aspects juridiques, une remarquable présentation par Michèle Battisti, (intervention lors des journées académiques de Haute-Normandie, 7 décembre 2011). Qui concerne beaucoup les panoramas de presse, notamment par copie d’articles envoyés par e-mail et par liens hypertextes [2]


Fonds ancien de la Cour de cassation (pré-1950) : le catalogue en ligne

SIGB : Cadic. Hébergeur : Publicis Technology

Mercredi 4 juillet 2012

Lire la suite »

Le catalogue du fonds ancien de la Bibliothèque de la Cour de cassation est interrogeable en ligne sur un site externe hébergé (cf son URL et les mentions légales du site) par Publicis Technology (comme pour l’Autorité de la Concurrence) et sous le logiciel de gestion de bibliothèque ex-Ex Libris de Cadic devenu Cadic Intégrale : http://cassation-biblio.publicis-technology.com.

Seules les données bibliographiques antérieures à 1950 sont accessibles à partir de ce site.

Les champs disponibles (en recherche multicritères) :

  • Terme(s) recherché(s)
  • Auteur(s)
  • Mot(s) de l’auteur
  • Titre
  • Mot(s) du titre
  • Type de document
  • Editeur
  • Date de publication
  • Sujets
  • Cote.

Les opérateurs disponibles : ET, OU.

Les tris disponibles : pertinence (par défaut), type de document, année d’édition.

On peut afficher jusqu’à 1000 réponses par page.

Les notices peuvent être cochées et mises dans un panier pour envoi par e-mail ou impression ultérieure. Mais pas exportées.

Les temps d’affichage des pages du site semblent assez lents [3]. En revanche, les temps de réponse du catalogue en ligne sont corrects (de l’ordre de 5 secondes).


Presstalis et le groupe Hersant en danger

Faire le point sur les abonnements aux journaux et magazines en ligne : une urgence

Vendredi 29 juin 2012

Lire la suite »

Deux récents articles doivent à notre sens amener les documentalistes et autres gestionnaires d’abonnements à des journaux à tirer la sonnette d’alarme et envisager d’urgence les alternatives :

Les éditeurs se mobilisent pour sauver Presstalis (Le Figaro 29 juin 2012)

Extrait (le gras est de nous) :

« L’avenir de la distribution de la presse en France va se jouer dans les prochaines semaines. La situation périlleuse de Presstalis [ex-NMPP], au bord du dépôt de bilan alors qu’elle assume les trois quarts de la distribution des journaux, a déjà amené les éditeurs, qui contrôlent les messageries, à prendre des mesures d’urgence. De son côté, le médiateur du crédit, Gérard Rameix, remettra lundi son rapport. Dans le même temps, un nouveau schéma directeur pour les dépôts de presse va faire l’objet d’une consultation publique. »

La chute de la maison Hersant / Annie Feitz, Les Echos 2 juillet 2012

Extrait (le gras est de nous) :

« La rupture des fiançailles entre le belge Rossel et le groupe familial qui porte son nom, Hersant Média, [...] [est] lourde de sens et de conséquences, car le groupe de presse quotidienne régionale que préside Philippe Hersant se retrouve brutalement seul, empêtré dans ses difficultés, faute d’un allié pour l’aider à redresser des journaux devenus structurellement déficitaires.
"Paris Normandie" a été placé en redressement judiciaire en février et ses 365 salariés attendent de savoir si l’unique offre de reprise déposée la semaine dernière sera acceptée par le tribunal de commerce. "L’Union" de Reims et les autres journaux du pôle Champagne Ardennes Picardie sont eux aussi menacés, à très court terme, de dépôt de bilan. "La Dépêche de Tahiti" vient d’être vendue à des hommes d’affaires locaux et "Les Nouvelles calédoniennes" sont en cours de cession. Restent les journaux du sud de la France ("Nice-Matin", "La Provence") et les quotidiens antillais, dont la rentabilité est encore satisfaisante mais ne cesse de décliner. Elle ne suffira pas, en tout cas, ni à financer les restructurations nécessaires ni à rembourser la lourde dette bancaire du groupe. Les 4 200 salariés ont de quoi être inquiets. La filiale de presse gratuite d’annonces Comareg [Paru Vendu], qui employait 3 000 personnes il y a trois ans, a tout bonnement été liquidée en novembre dernier. Remportant au passage le triste record du plus grand plan social de l’année. [...]
« L’échec du groupe Hersant est lié à deux péchés originels : s’être construit par endettement, sans capitaux propres. Trop risqué dans ce secteur. Et n’avoir pas réussi à adapter ses journaux à l’ère moderne », analyse ainsi un spécialiste du secteur. »

Les deux écueils en gras supra ne concernent pas seulement le groupe Hersant Média mais en réalité un nombre très important de titres. La récente hémorragie des petites annonces, parties vers des sites comme Le Bon coin — en attendant probablement Google —, annonce de graves problèmes pour la presse locale. Et la crise achève d’abîmer les recettes de la presse en diminuant drastiquement ses recettes publicitaires.

Au vu de ces informations — et de celles qui les précèdent depuis des années —, on peut penser que la chaîne de distribution des journaux et magazines généralistes et écofi papier est en danger. Qui sont nos sources de veille écofi.

Les gestionnaires d’information et d’abonnements, s’ils ne l’ont pas encore fait, devraient lister les sites web des journaux favoris, leur caractère payant ou pas ou partiel et vérifier le cas échéant si leur structure a les abonnements en ligne nécessaires (aux journaux en ligne eux-mêmes ou à un aggrégateur comme Pressedd, Europresse ou Lexis-Factiva).

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique, gestionnaire d’abonnements


1 | ... | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | ... | 42

Dernières brèves