La documentation juridique

Dernier ajout : 4 mai.

Derniers articles

Formation des étudiants aux ressources électroniques des bibliothèques universitaires : le débat sur les moyens

Lundi 30 avril 2018

Lire la suite »

Fin mars, je tombe sur un remarquable débat sur Twitter entre enseignants sur les moyens nécessaires pour la formation des étudiants aux ressources électroniques proposées par les bibliothèques universitaires (BU).

Mon point de vue : les *vrais* problèmes de la formation aux ressources électroniques en BU, pour les avoir vécus [1], sont :

  • un Wifi puissant et fiable, pour plus de 300 étudiants à la fois
  • que l’Université propose ou oriente vers une offre de leasing pour portables et des PCs pour ceux qui ont peu de moyens. Cela dit, 80% minimum des étudiants auront déjà leur portable
  • impliquer BU ET enseignants. Les deux doivent définir ensemble et participer à la formation. Pas évident. Les bibliothécaires sont souvent obligés d’aller au contact
  • faire court (3/4h maximum) et pédagogique/ludique. Impératif sinon les étudiants décrochent et ne suivent plus
  • un écran et un projecteur (qui ne donnent pas une image floue).

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique

Library computers Adams City MS


Bibliothèque François Mitterrand (la "TGB") avec le temps : pas mieux

Lundi 16 avril 2018

Lire la suite »

La Bibliothèque François Mitterrand, ex-Très Grande Bibliothèque (TGB) fit grand débat durant sa conception et sa construction.

C’était il y a longtemps. La polémique est retombée.

Interviewé dans le Figaro du 12 avril 2018, son architecte fait le point. Et avoue que si c’était à refaire, il la referait ainsi — ou presque.

Et pourtant, il y a toujours beaucoup à dire et beaucoup à dénoncer sur ce bâtiment.

De mon point de vue (de professionnel de la bibliothèque, certes), Perrault et Mitterrand [2] ont fait un bâtiment :

  • terminé dans les temps et le budget prévu ? Les temps peut-être, le budget prévu ? C’est hypocrite d’affirmer cela car en réalité, de nombreuses caractéristiques ont été modifiées au cours de l’élaboration du projet, notamment (c’est Perrault lui-même qui le rappelle) le nombre d’étages des tours
  • moderne dans son aspect. Ok
  • très peu esthétique au final, notamment parce que les tours n’ont pas vraiment l’air de livres, et que la place est vide. L’intérieur est pas mal, en revanche
  • anti-pratique, anti-ergonomique pour les lecteurs comme pour les professionnels, avec un accès très distant de la rue et difficile à trouver, ce jardin qui empêche de regrouper, qui éloigne, disperse, qui fait marcher sans fin, avec les ouvrages dans les tours (points négatifs : distance, chaleur, lumière), avec les emplacements pour ordinateurs en nombre insuffisant, avec un espace de stockage insuffisant dès le démarrage (ça, c‘est d’abord la faute de Bercy).

L’article du Figaro qui précède l’interview rappelle la majeure partie de ces (énormes) défauts. Mais pas tous. Et surtout, il n’insiste pas assez sur l’absence de la moindre logique bibliothéconomique dans sa conception.

Plusieurs collègues avec qui j’ai échangé disent la même chose. Pas pratique, pas esthétique, et beaucoup d’auto-congratulation chez l’architecte.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste

Bibliographie :

La véritable histoire de la Grande Bibliothèque, L’Express.fr, 01/09/2002
https://www.lexpress.fr/culture/livre/la-veritable-histoire-de-la-grande-bibliotheque_806736.html

http://tpe-archi.e-monsite.com/pages/controverses/la-bibliotheque-nationale-de-france.html

Bibliothèque François-Mitterrand : la maturité tranquille
http://www.lefigaro.fr/culture/2018/04/11/03004-20180411ARTFIG00240-bibliotheque-francois-mitterrand-il-y-a-de-quoi-ecrire-un-livre.php

https://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20150220.OBS3041/mitterrand-me-protegeait-la-bnf-racontee-par-son-architecte.html

« La Véritable Histoire de la Grande Bibliothèque », François Stasse, Le Seuil « L’Epreuve des faits », 2002

« Premiers Volumes, Bibliothèque de France », Institut français d’architecture-Edition Carte Segrete, 274 p., 1989


Documentalistes juridiques free lance et autres indépendants du secteur de l’information juridique

Une liste

Jeudi 8 février 2018

Lire la suite »

Vous avez besoin d’un spécialiste de la recherche de documents juridiques ? Vous voulez négocier votre facture annuelle avec un gros éditeur juridique ? Vous avez beaucoup d’ouvrages papier et ebooks mais vous ne savez ni où ils sont dans le cabinet ni quels titres exactement vous avez ? Le site web de votre cabinet aurait besoin d’un coup de jeune ? Votre organisation possède un thésaurus juridique et doit le mettre à jour ou moderniser son format ?

A la faveur des évolutions du secteur juridique ou par choix, les documentalistes juridiques free lance sont de plus en plus nombreux et de plus en plus qualifiés.

Ils ne sont pas seuls : d’autres indépendants, souvent experts dans leur domaine, exercent depuis longtemps dans les secteurs du Web sémantique, des thésaurus et plans de classement, des intranets, de l’informatique/édition juridique, de la communication et du conseil en management.

NB : cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité. Notamment, elle se focalise sur les indépendants, elle exclue donc les sociétés dirigées et possédées par plus de 3 personnes ou par des personnes n’y travaillant pas ou encore par des personnes morales. Ne sont pas non plus listés ici les secrétaires classeurs [3].

La liste :

- Documentalistes juridiques veilleurs [4] :

  • Yann Dumetier (Juridoc)
  • Marie Lavie de Randé
  • Myriam Querrien Bortoli (Adhoc)
  • Jean Gasnault (La Loi des Ours) : non seulement documentaliste juridique mais aussi spécialiste de l’accès au droit et des données juridiques en accès libre. Administrateur de l’association Open Law.

- Web sémantique et langages documentaires juridiques :

  • Sylvie Dalbin : la spécialiste française du thésaurus. À travaillé pour des éditeurs juridiques français
  • Jean Delahousse : le spécialiste français du web sémantique juridique. Il est notamment intervenu pour les communautés européennes
  • Thomas Francart (Sparna), spécialiste du langage/format de vocabulaire/thésaurus Skos. Il est notamment intervenu pour l’ONU.

- Infographistes juridiques et legal designers :

- Webmestres, community managers :

- Communicants juridiques et conseils en management de cabinet d’avocats : voir la liste tenue à jour par ma collègue Carole Guelfucci sur son blog Sérendipidoc : Les conseils des conseils.

J’ai oublié quelqu’un ? Les commentaires sont ouverts infra.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique, veilleur, formateur


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 45

Dernières brèves