La documentation juridique

Dernier ajout : 9 mai.

Derniers articles

Pour les étudiants et bibliothécaires en droit

Le Jurisguide fait peau neuve

Plein de guides et de fiches sur les ressources en droit

Mercredi 10 mai 2017

Lire la suite »

Jurisguide, le site d’autoformation sur les ressources juridiques géré par le Cerdoc de la Bibliothèque interuniversitaire Cujas a sorti le 14 mars 2017 sa nouvelle version.

De nombreux articles ont été mis à jour, tel celui sur les sources en droit économique international, la Revue historique de droit français et étranger (RHD) ou les sites en histoire du droit (un gros guide de 18 pages au format PDF).

Et pour couronner le tout, un nouveau moteur de recherche, très pratique et qui fonctionne avec un opérateur ET implicite pur (et non pas expression implicite).

Un gros et beau travail. Merci à toutes et à tous.

Extrait de la présentation du site :

« Le Jurisguide est destiné aux étudiants en droit et aux formateurs à la recherche d’information juridique.

Ce site propose un panorama des ressources documentaires disponibles dans le domaine du droit [surtout les sites officiels des organisations internationales et les publications et bases de données des éditeurs juridiques], des guides pour pratiquer une recherche d’informations efficace, des outils et des supports de formation pour accompagner la réalisation de cours :

  • ressources documentaires : 140 fiches descriptives de revues, encyclopédies, dictionnaires, banques de données
  • ressources pédagogiques : 82 guides et supports pédagogiques.

Mise en place à l’initiative du ministère de l’Education nationale, la première version du Jurisguide a été réalisée en juin 2000 par l’URFIST de Paris en étroite collaboration avec la BIU Cujas.

Aujourd’hui, Cujas coordonne les évolutions et l’actualisation du site en partenariat avec 11 BU associées à son développement. »

L’équipe de rédaction inclut des bibliothécaires de Cujas (hommage à Isabelle Fructus, qui a quitté Cujas depuis, et a beaucoup travaillé sur ce guide), de l’ENA, et des SCD de Lille 2, Lyon 3, Nice Sophia-Antipolis, Paris 1, Paris 2, Nanterre, Paris 13, Toulouse et Tours.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique


Soyez prudents

A propos des demandes de documents sur les listes de discussion

Droit d’auteur, spam et politesse

Vendredi 21 avril 2017

Lire la suite »

Rendre service est un des fondements du métier de bibliothécaire documentaliste. Et certains documents sont réellement introuvables sans un coup de main.

Mais attention : prendre l’habitude de demander aux autres — sur les forums et les listes de discussion — de trouver à sa place entraîne des risques.

Voici donc quelques "warnings" et recommandations, une sorte de Netiquette de la demande de documents en ligne.

Attention au droit d’auteur

Attention premièrement au droit d’auteur :

  • ne faites jamais une demande publique ou semi-publique de documents soumis au droit d’auteur. C’est une incitation à la copie illégale. La personne qui y répondra, surtout si elle répond publiquement, prendra un risque encore plus grand. Souvenez-vous notamment qu’un message posté à un cercle restreint d’"amis" Facebook peut être interprété par un juge comme une communication publique
  • limitez vous aux documents publics comme les rapports (et encore, c’est plus une tolérance dont il s’agit), les textes officiels ou la jurisprudence (ils ne sont pas soumis au droit d’auteur [1] et ce, sans compter les licences gratuites open data de Legifrance [2] et des sites parlementaires [3]), aux documents en licence libre (type Creative Commons) si celle-ci le permet, voire aux communiqués de presse [4].
    NB : les discours des hommes politiques, malgré une légende urbaine tenace, ne sont pas librement reproductibles, sauf par la presse et dans le cadre de l’actualité
  • préférez toujours envoyer un lien hypertexte plutôt qu’un document. L’avantage est triple :
    • en cas de doute quant aux droits sur ce document, vous prenez infiniment moins de risques
    • l’antivirus des destinataires risque moins de bloquer votre réponse qu’en cas de pièce jointe (sécurité informatique)
    • si la pièce attachée est grosse — typiquement plus de 5 Mo dans les administrations et plus de 10 Mo ailleurs (voire moins) — votre mail a de bonnes chances d’être bloqué [5].

Choisir un endroit adapté pour poster sa demande

Pas mal de listes de discussion en informatique mais aussi en bibliothèque-documentation consistent essentiellement en demandes et fournitures de documents ou de coups de main. Dans le cas coups de main, je pense notamment, en informatique/Internet en développement, à Stackexchange. Il a été écrit que le seul moment où un employeur ou un client peut savoir ce que vaut réellement le développeur qu’il a embauché, c’est quand le site de Stackexchange est en panne ;-)

En sens inverse, certaines listes, comme la liste Juriconnexion, n’ont pas pour objet principal la demande et la fourniture de documents. Loin de là.

Ne spammez pas — Ou comment demander avec politesse et modération

Attention aussi : ne spammez pas vos correspondants avec des demandes de documents répétées. Choisissez un lieu (ici, une liste) mais aussi des mots adaptés.

Il y a une sorte de déontologie non écrite du documentaliste qui dit que quand on cherche souvent des documents :

1. On commence par appliquer soi-même les bases de la recherche. Pour résumer :

  • vérifier soigneusement les bases de données et le Web (OK, peu de gens oublient de le faire)
  • s’adresser à la source. Exemples : le greffe pour une décision de justice, l’organisme décisionnaire pour une décision administrative, l’éditeur pour tout document cité par lui (là aussi, oubli rare)
  • puis "taper" son carnet d’adresses (oubli plus fréquent). Ça c’est crucial. Tout bon professionnel de l’information doit avoir *son* réseau. Utiliser son réseau personnel offre aussi l’avantage de rester discret (cf point infra sur le respect de la confidentialité).

2. Si les étapes précédentes ont échoué, on peut tenter une demande publique sur une liste de discussion ou sur les réseaux sociaux. Les précautions et politesses de rigueur sont alors les suivantes :

  • respecter la confidentialité de ceux qui ont initialement demandé l’information/le document
  • résumer rapidement les recherches précédemment effectuées, histoire de prouver qu’on n’attend pas que la communauté fasse son travail à sa place. C’est d’ailleurs rappelé au point 1 de la FAQ de la liste de discussion Juriconnexion
  • expliquer le contexte de la recherche si nécessaire. Idem : ça fait partie des recommandations de la FAQ de la liste
  • être poli, éviter le style "Bonjour, Alors je cherche ça et j’ai pas trouvé, et je suis super pressé/ée. Vous pouvez me le trouver ?"
  • partager le document trouvé avec la communauté voire expliquer où et comment on l’a trouvé
  • rendre le même service de temps à autre
  • éviter d’encombrer les lieux qui ne sont pas clairement dédiés à ça avec des demandes de ce type, car elles font fuir les contributeurs.

Alternatives utiles

A noter que les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Google+ mais aussi tout réseau social spécialisé) sont en général d’excellents lieu pour des demandes de documents.

Twitter est un lieu courant et assez pratique pour les demandes de documents. Notamment, les journalistes juridiques et les avocats s’y échangent pas mal d’informations et de liens sur les arrêts récents. Cela dit, il vaut mieux éviter d’encombrer sa time line (TL) — et celle des autres — avec 80% de demandes de documents.

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique
modérateur de la liste Juriconnexion de 1998 à 2002


Zotero, Endnote, Mendeley

Les logiciels de gestion de références bibliographiques recommandés en droit

Payants, gratuits, styles bibliographiques adaptés au droit français, comparatifs ...

Jeudi 2 mars 2017

Lire la suite »

Vous avez un mémoire ou une thèse à faire ? Vous écrivez souvent des articles pour des revues juridiques ? Vous avez du mal à gérer vos références bibliographiques dans Word ou Libre Office ? Vous voudriez pouvoir faire facilement une recherche dans les articles que vous avez repérés ?

Les logiciels de gestion de références bibliographiques ("reference managers" en anglais) sont faits pour vous.

En droit français, on peut en recommander trois [6], solidement établis.

Payants

- Endnote (ex-groupe Thomson Reuters, désormais groupe Clarivate Analytics) :

- Mendeley (groupe Elsevier, entité membre du groupe qui possède LexisNexis) :

Gratuit

- Zotero (open source) :

Existe t-il des styles bibliographiques pour le droit français (doctrine) pour ces logiciels ?

- Zotero : non, stricto sensu. Mais le style ISO 690 French en format Note [de bas de page] (disponible dans le « repository » de Zotero : https://www.zotero.org/styles/iso690-note-fr) s’avère le plus souvent suffisant en pratique d’après Rémy Lérignier, documentaliste juridique et formateur rattaché à la faculté de droit de Poitiers (où il forme et assiste les thésards) et connaisseur du sujet. A propos de ce style, en cas de difficulté, lire cette discussion le forum de Zotero.org.
D’après R. Lérignier, également, s’il y a peu de scories dans le résultat final, les styles de Zotero peuvent se corriger en suivant des tutoriels disponibles sur Internet.
Pour la citation de jurisprudences françaises avec Zotero, voir la discussion sur le forum de Zotero.org.

- Endnote : a priori non. Mais voir si le style GuideLluellesUdeM (basé sur le Guide des références pour la rédaction juridique, 7e édition donc un ouvrage québécois …) que des Québécois de l’Université de Montréal ont développé pour le droit canadien peut convenir. Pour se faire une idée, voir ce PDF.

- Mendeley : a priori non. Toutefois, d’après R. Lérignier, les styles Mendeley et Zotero sont très proches (à creuser).

Pour aller plus loin

Deux guides pour choisir son "reference manager" :

Pour plus d’information, interrogez les supports/assistances des divers logiciels (voir sur leur site web) ou, par Google, utiliser la requête suivante : [nom du logiciel] style bibliographique droit

Emmanuel Barthe
bibliothécaire documentaliste juridique


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 41

Dernières brèves