"The Lincoln Lawyer" : la justice criminelle de Los Angeles vue de l’intérieur

Lundi 31 octobre 2005

J’étais à Londres le week-end dernier. J’y ai acheté le dernier roman de Michael Connely, "The Lincoln Lawyer" (version anglaise, pas encore traduit en français [Mise à jour au 5 décembre 2006 : depuis mai 2006, la traduction française est disponible, sous le titre hélas peu compréhensible "La défense Lincoln", au Seuil (traduction de Robert Pépin).] [1].

Le système judiciaire américain [2] est décrit avec une précision juridique et judiciaire formidable. L’auteur, ancien "crime reporter" [3] au Los Angeles Time, s’est formidablement documenté. Un peu trop technique et déshumanisé à mon goût, mais brillant, notamment sur les arcanes de la relation client-avocat ("client attorney privilege") et du contre-interrogatoire ("cross examination"). Le scénario me rappelle les intrigues tordues et pleines d’angoisse de Sébastien Japrisot [4], l’humour et une certaine élégance en moins.

Si vous voulez savoir ce qui se passe réellement [5] dans les tribunaux de Los Angeles, notamment le jeu du chat et de la souris que jouent l’avocat et le procureur, l’importance de la contre-enquête menée par le détective [6] au service de l’avocat, le tout écrit de manière très vivante et dynamique, lisez "The Lincoln Lawyer".

On aimerait bien lire un roman policier français aussi précis sur l’instruction et le procès criminel français. Si les lecteurs de cette brève en connaissent un, merci de m’en faire part.

Notes de bas de page

[1La liste des traductions françaises des ouvrages de Connely est disponible sur le site de l’auteur.

[2Ce lien renvoie au chapitre 5 "The criminal court process" du remarquable Outline of the U.S. legal system (Un point sur le système juridique américain) écrit par Michael Jay Friedman et signalé par Stéphane Cottin.

[3Les quotidiens français n’ont pas de poste aussi spécialisé. Chroniqueur judiciaire serait la moins mauvaise traduction.

[5Romancé, nous sommes d’accord. Mais Michael Connely a suivi le travail — et les explications — de deux "criminal defense lawyers" et d’un juge de L.A. pendant des mois.

[6Le terme détective est bien sûr pris ici dans son sens français, celui d’enquêteur privé. Le terme américain est "investigator".

Répondre à cette brève