Témoignages sur la veille industrialisée — Soucis de vie privée

Dimanche 15 mars 2009

La veille : espionnage ou revue de presse ?

La synthèse du débat par Christophe Asselin (lui-même veilleur), L’Express.fr 10 janvier 2009.

Une interview d’un publicitaire spécialisé dans le web marketing, la publicité virale et le "buzz", Philippe Duhot (agence Opt’in Power).

Attention : je ne cautionne pas tous les propos de certains dans ces articles. Mais certains me paraissent justifiés — je les cite ici :

  1. « parce que je pense que la veille sur une échelle industrielle est non seulement inévitable mais aussi légitime à partir du moment où l’info est publique (sinon je ne ferais pas ce métier de chercheur-veilleur, même si en ce qui me concerne, c’est du "cousu main") et où l’on vit dans une société de l’information. Par exemple, il est tout à fait légitime pour une société de rassembler les avis des consommateurs sur son produit exprimés sur des sites web. Là où je ne suis pas certain de la légimité, c’est quand la publicité ne dit pas son nom, et même là, il est difficile de se prononcer, la limite étant très fine »
  2. « pour illustrer le débat — et il est houleux en France — et pour tenter de prévenir les fans de Facebook et autres outils dits "sociaux", que le Net est un espace *public* [1] alors que la vie privée est le substrat des autres libertés publiques [2] ».

Notes de bas de page

[1Liens signalés par les excellemment informés Pierre-yves Debliquy et Christian Vanden Berghen de Brainsfeed.

[2La vie privée, un problème de vieux cons ? / Jean-Marc Manach, Internet Actu 12 mars 2009. Voyez aussi ces affiches qui poussent à la réflexion réalisées par les étudiants de l’ENSCI.

Répondre à cette brève