Sur le futur (pas prêt d’arriver ici) de Lexis et Thomson/Westlaw

Lundi 25 janvier 2010

Selon Ashby Jones, le chroniqueur judiciaire du Wall Street Journal, sur son blog (traduction par nos soins) : « cela devrait être fascinant de regarder l’effet que deux gros entrants [sur le marché des bases de données juridiques] — Google et Bloomberg — pourraient avoir sur le duopole [LexisNexis-WestLaw] » [1] (On the Lexis and Westlaw of the (Very) Near Future, WSJ Law Blog 25 janvier 2010).

Cela ne me semble pas s’appliquer à l’Europe et encore moins au marché de l’édition juridique et des bases de données juridiques français. La doctrine et les textes officiels et Codes y jouent des rôles bien plus importants. En pays de common law, c’est en revanche la jurisprudence, le "case law", qui domine de facto et de juro parmi les sources du droit. Je ne vois donc pas du tout ce genre de menace sur les filiales françaises des grands éditeurs.

Selon l’article de l’American Bar Association (ABA) Journal qu’Ashby Jones cite [2], la tendance de Lexis et West est maintenant de "googliser" leurs applications. Les prochaines versions de LN et WestLaw US en seront l’illustration.

Ca, en revanche, ça me paraît plus réaliste pour l’Europe et la France. Aux States comme ici, l’adoption d’interfaces intuitives et faisant le travail à votre place devrait garantir l’avenir des grands acteurs des bases de données juridiques.

Notes de bas de page

[1Ce duopole est couramment appelé WEXIS aux Etats-Unis.

[2Inside the New Westlaw, Lexis & Bloomberg Platforms / Jill Schachner Chanen, ABA Journal 24 janvier 2010.

Répondre à cette brève