Mes librairies, Paris 18e

Samedi 24 avril 2010

Nous sommes samedi 24 avril, c’est aujourd’hui la fête de la librairie indépendante, à l’occasion de la journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Nous sommes pourtant ici dans la catégorie "Rien à voir avec la doc juridique" de ce blog.

C’est une librairie de quartier. Une vraie librairie. Pas un supermarché culturel. De nos jours, dans les fn..., Carre..., Mega... et autres, plus personne n’est disponible pour partager un coup de coeur ou donner un conseil. Un fast culture, ça coûte — monétairement — moins cher.

C’est une de mes librairies préférées. Elle s’appelle le Rideau Rouge. C’est Anaïs qui la tient. C’est 71 rue Riquet dans le 18e à Paris, près du Jardin d’Eole.

Comme Anaïs n’a pas encore de site web, et que j’apprécie beaucoup sa sélection de livres et BD, ses animations — elle invite notamment des auteurs de livres pour enfants — voilà, je lui fais un peu de pub’.

Bon, je ne veux pas de jaloux. Alors, voici mes autres librairies favorites du 18e :

Comme l’écrit Marie-Rose Guarnieri, de la Librairie des Abbesses — toujours le 18 arrondissement de Paris — et de l’association Verbes :

« N’oubliez pas, lorsque vous franchissez la porte d’une librairie, que cet insensé voyage effectué à travers étagères et tables est irrationnel. Vous amorcez une odyssée étrange, dialoguez avec la part muette de votre être, celle des deuils, des secrets, des consolations, peut-être ? Seule une librairie et la présence des livres peuvent déclencher cette énigmatique mise en route de votre imaginaire. »

J’approuve. Ce n’est pas seulement en librairie ou pour des romans ou des BD. Qu’on soit en juridique, en mécanique, en informatique, en médecine, quel que soit le sujet, seule l’intermédiation d’un être humain permet une vraie réponse à une question, un besoin, une demande. Une réponse sélective, pertinente, adaptée à vous et compréhensible en un clin d’oeil : il n’y a que l’humain/e pour apporter ça. Même les systèmes experts et les meilleures bases de données sont conçus et alimentés par des êtres humains. Et les meilleures sélections de documents qui en sortent viennent de femmes et d’hommes qui les connaissent mieux que les autres et maîtrisent les méthodes de recherche.

Répondre à cette brève