Livres numériques : quoi de neuf, docteur ?

Jeudi 11 août 2011

Question écrite AN n° 114756 de M. Jacques Grosperrin
Publiée au JO le 19/07/2011 page 7816

Texte de la question :

« M. Jacques Grosperrin interroge Mme la secrétaire d’État auprès du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, chargée de la santé, sur le point de savoir si des études ont été menées par son ministère s’agissant des risques sur la vue et, d’une manière générale, sur la santé, que peuvent générer les "livres numériques" qui ont vocation à remplacer à long terme les livres sur papier. »

Je crois que l’enquête a déjà été maintes fois faites, à propos des écrans d’ordinateur. Conclusions : si on met la définition et la fréquence de rafraichissement au maximum et qu’on règle de manière optimale la luminosité, le contraste, le gamma et la taille de la police de caractères, avec des pauses visuelles (regarder ailleurs tous les 1/4h et régulièrement penser à cligner des yeux) et quelques autres précautions, pas de risque.

Or les écrans de lecteurs d’e-book sont beaucoup moins nocifs que ceux-ci. Les écrans de l’iPad et du Kindle d’Amazon sont très doux (faible lumière) et les fonds des ouvrages peuvent être paramétrés pour afficher du beige clair. Comme pour les livres imprimés, la précaution de base consiste à lire sous un bon éclairage direct, à éviter les reflets et de faire des pauses en regardant/faisant autre chose pendant au moins 5 mn toutes les heures.

Répondre à cette brève