Législation : de la nécessité d’une base de données exhaustives

Mardi 3 février 2009

C’est en gros ce que dit un honorable juge anglais après qu’une erreur de droit fut commise dans un procès :

« There is no comprehensive statute law database with hyperlinks which would enable an intelligent person, by using a search engine, to find out all the legislation on a particular topic. » [1]

Sur ce point, avec Legifrance et d’autres bases payantes, la France est en meilleure — mais pas parfaite — position que le Royaume-Uni.

L’article souligne le problème de l’accès au droit, plus prégnant outre Manche qu’ici :

« Just as well : if the prosecution in the Chambers case had accessed Lawtel or Westlaw – two commercial legal databases – they would have discovered the amends to the relevant regulations quoted in full. But is it really acceptable that the diligent citizen can only discover what the law on a given subject is by spending a small fortune on a service aimed at professionals ? »

On pourrait éténdre la réflexion à la jurisprudence — ici comme ailleurs.

Notes de bas de page

[1Judges : Don’t know the law ? It’s understandable / John Ozimek, The Register 2 février 2009.

Répondre à cette brève

1 Message