Le secteur de l’information juridique serait porteur pour les années post-crise

Mercredi 24 novembre 2010

D’après la note d’analyse de novembre 2010 du Centre d’analyse stratégique (CAS) [1], intitulée "Les secteurs créateurs d’emplois
à court-moyen terme après la crise
" le secteur de l’information juridique serait porteur dans les années à venir. En effet, dans le secteur des services, la note du CAS voit tant le juridique que l’information bien s’en sortir. On peut donc sans trop de risques faire la déduction que l’information juridique (édition juridique, sites web d’information juridique à destination des particuliers, documentation et veille juridique) devrait bien se porter. Il faut toutefois nuancer, le secteur de l’édition juridique n’étant pas à l’abri [2] d’une concentration de plus et le secteur du conseil dans les pays de l’OCDE ayant vu sa croissance reculer. L’extrait pertinent [3] :

« Les restructurations de l’emploi dans les secteurs de service :
Les évolutions de l’emploi dans les services font la part belle aux services cognitifs, aux services à la personne, et aux services “amont” qualifiés aux entreprises (R&D, activités juridiques, comptables, de gestion et l’ingénierie), secteurs qui ont été peu impactés par la crise. Le secteur de la Finance/Assurance a largement échappé au choc d’activité, créant des emplois sur toute la période.

Les secteurs des services les plus touchés par la crise sont les services “aval” aux entreprises, fortement dépendants du cycle industriel, principalement le commerce de gros et les transports et entreposage.

Certains secteurs impactés profitent davantage du rebond économique (l’hôtellerie-restauration, les activités informatiques et services d’information, le commerce de détail). »

Notes de bas de page

[1Directement rattaché au Premier ministre, le CAS est le successeur du Commissariat au plan. Ses membres sont des spécialistes de l’économie et de la prospective.

[2Dalloz doit fusionner avec les Editions Législatives en 2011.

[3Le gras est de nous.

Répondre à cette brève