La presse française d’opinion et sa santé : le rapport Teissier "La presse au défi du numérique"

Mardi 20 février 2007

La presse (les Echos du jour, mais aussi la La dépèche du GFII, ...) signale la sortie du rapport Tessier sur "La presse au défi du numérique" (PDF) (annexe 1, annexe 2) [1], mis en ligne sur le site web du ministère de la Culture et de la communication.

La situation financière de la presse nationale d’opinion se dégrade et le rapport ne voit guère de raisons d’être optimiste, d’autant que les réformes structurelles sont sans cesse différées. La presse française fait face à la concurrence des gratuits [2] et de la presse Internet, qui pour autant ne sont pas à l’origine du phénomène de la baisse des ventes, puisque celle-ci a commencé dès les années 70 et dans tous les pays occidentaux.

Il est de fait, nous le constatons tous les jours par notre veille juridique et sectorielle, que les informations nous viennent autant de sources gratuites et en ligne que par les journaux papier ou les bases de données de presse. Pour autant, la presse [3] fournit une information de meilleure qualité, car à valeur ajoutée (scoops, et surtout "dossiers" et analyses critiques).

Le rapport, enfin « préconise que les pouvoirs publics soutiennent les entreprises de presse, dont le modèle éditorial et la déontologie doivent être préservés » : il « insiste sur la nécessité de renforcer les fonds propres. Un fonds dédié à l’investissement dans la presse, géré par une institution publique, et une déduction fiscale pourraient inciter les investisseurs privés à prendre des participations dans les entreprises de presse. » Face aux géants de l’internet, le rapport juge les groupes de presse « souvent trop petits et trop désarmés au plan financier ». « Il est important que des coopérations et des rapprochements puissent avoir lieu, qu’ils prennent la forme de projets communs, d’échanges et de participation ou de fusion et que les pouvoirs publics soient attentifs à ne pas gêner ces évolutions », souligne le rapport (extraits de l’article sur le site du Premier ministre [4]).

Pourquoi donc est ce que je doute de l’efficacité d’un tel plan de soutien ? Serait ce parce que tout montre qu’on ne ferait là que ralentir une évolution commencée depuis longtemps, alors que vivent des initiatives de presse Internet réussies comme celle du site web des Echos ou que naissent des projets comme Rue89, celui de plusieurs journalistes blogueurs de Libération sur le départ ?

Notes de bas de page

[1Marc Tessier est ancien président de France Télévision. Son co-auteur, Maxime Baffert, est inspecteur des finances.

[220 minutes, Metro, Direct Soir. Metro commence début 2007 à devenir rentable. Et la qualité de leurs articles et de leurs scoops monte. Exemple : le site de 20 minutes annonce ce jour à 15h01 la condamnation du président de la région IDF, celui des Echos à 16h01 seulement.

[3Le Monde, Le Figaro, Libération, Les Echos, la Tribune, Le Parisien, L’Expansion, Le Point, Le Nouvel Observateur, L’Express, ... mais aussi la presse quotidienne régionale.

[4La presse face au défi du numérique, site du Premier ministre, Actualités 20 février 2007.

Répondre à cette brève