La bataille autour des formats bureautiques XML et ses conséquences prévisibles pour la documentation juridique

Vendredi 28 mars 2008

Un article d’Emmanuel Paquette paru dans les Echos des 28-29 mars 2008 signale que la France refuse de normaliser de format de document de Microsoft. Les formats de documents bureautiques font en effet l’objet d’une véritable guerre :

  • l’Open Document Format (ODF), format réellement libre celui-ci (i.e. réellement situé dans la philosophie "open"), et soutenu notamment par Google et IBM, a déjà été normalisé et est même déjà intégré dans plusieurs suites bureautiques concurrentes de Microsoft, nous apprend l’article
  • Open XML, le format développé par Microsoft (MS), traîne lui quelques casseroles. En clair, il ne coupe pas complètement les ponts avec l’éditeur de logiciels, il reste fait pour laisser l’utilisateur dans l’environnement logiciel MS.

Cette opposition vient, sous les derniers arguments de Microsoft et le soutien de HP, de passer à une abstention [1].

Or les formats bureautiques sont sur-utilisés pour la production de documents, y compris les textes et rapports officiels ou les arrêts, et comme XML s’introduit partout, il est important que le format bureautique XML reste réllement libre, pour ne pas qu’il porte l’empreinte d’un système juridique. Si l’Europe, et plus particulièrement les pays de droit latin/écrit veulent maintenir leur droit dans la concurrence mondiale entre les systèmes juridiques [2], il est important que le format Open XML de MS reste à la porte de la normalisation tant qu’il n’est pas réellement "open".

Le changement de position de la France n’est pas une bonne nouvelle.

Notes de bas de page

[2Voir sur ce sujet l’affaire du mal renseigné et très biaisé rapport Doing Business de la Banque mondiale.

Répondre à cette brève