L’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) a le vent en poupe — Pas l’INIST ...

Dimanche 17 juillet 2011

L’ABES a le vent en poupe — pas l’INIST (Institut de l’information scientifique et technique).

Extrait du blog d’un bibliothécaire catalogueur en BU, Vingtseptpointsept (gras et liens sont de nous) :

« L’avenir institutionnel de l’ABES [Agence bibliographique de l’enseignement supérieur]

Au grand jeu de la RGPP, il y a des gagnants et des perdants. Dans notre domaine, le perdant est incontestablement l’INIST, qui risque d’être démantelé, comme le déplorent les syndicats et l’AG du personnel.

Au contraire, le rôle de l’ABES n’est absolument pas remis en cause, et semble plutôt renforcé.

Sur le modèle des universités, l’ABES sera évaluée par l’AERES [Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur] (qui cherchera surtout à établir des comparaisons entre l’ABES et ses équivalents étrangers) et un contrat d’objectif quadriennal établi pour 2012-2015 en tenant compte de cette évaluation. La question de l’articulation entre ce contrat et le projet d’établissement que l’ABES est en train d’élaborer reste encore à préciser.

La MISTRD pousse l’ABES à se nouer des partenariats avec les universités de Montpellier (campus commun, association avec des laboratoires locaux…). Les dates du contrat quadriennal ont d’ailleurs été pensées pour faciliter de tels projets.

Enfin, l’ABES doit se rapprocher du CERIMES [Centre de ressources multimédia pour l’enseignement supérieur], avec lequel elle collabore déjà pour les Signets des universités. Les modalités devraient être fixées cet été (fusion totale, fusion partielle, collaboration renforcée ?). »

L’ABES a été créée en 1994 pour mettre en œuvre le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur, ouvert en 2001. A partir de 2002, elle a diversifié son action dans plusieurs domaines :

  • les thèses électroniques avec l’ouverture en 2007 d’un dispositif national de signalement, de dépôt et d’archivage pérenne (STAR) aujourd’hui déployé dans la moitié des établissements habilités à délivrer des doctorats
  • la mutualisation de l’achat de ressources électroniques : l’ABES, qui travaille en étroite collaboration avec le consortium Couperin (Consortium universitaire de périodiques numériques), porte plusieurs groupements de commandes pour les universités et organismes de recherche.

La meilleure preuve du bon sort de l’ABES est dans son lancement du remarquable portail de thèses Theses.fr (même s’il est incomplet) [1].

Notes de bas de page

[1Voir notre présentation et analyse critique de theses.fr : Theses.fr : comment chercher, le contenu, les innovations, les "trous".

Répondre à cette brève

1 Message