Eolas c/ Le Monde ou le match blogs contre journaux

Samedi 26 juillet 2008

Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde et auteur du blog Chroniques judiciaires sur Lemonde.fr, est l’une des très rares chroniqueurs judiciaires à tenir un blog.

Ses explications sur le site web d’Arrêt sur image (accès réservé) valent le coup d’être citées :

« Pour moi, le blog a été une question de survie. La restriction de pagination a conduit la chronique judiciaire à réduire singulièrement dans les pages du journal. Rester tout le long d’un procès, et écrire tous les jours, n’est plus possible dans le journal-papier. »

Elle remarque aussi — et là, ça fait mal :

« Eolas est le genre de personne qu’un chroniqueur judiciaire aurait connu, et eu au téléphone régulièrement. [...] Ce qui est terrible, c’est qu’aujourd’hui, vous court-circuitez la médiation des journalistes, on n’a pas besoin de médias". »

En fait, à l’idée d’un match blogueurs c/ journalistes — une conception assez étroite des choses de mon point de vue —, se substitue depuis peu l’idée d’une complémentarité blog-journal et blogueurs-journalistes. La meilleure preuve en est peut-être ces posts de Pierre Chappaz (fondateur et ex-dirigeant de Kelkoo, aujourd’hui dirigeant-fondateur de l’annuaire référenceur de blogs Wikio) et de Benoît Raphaël (rédacteur-en-chef de LePost.fr, site d’info expérimental du Monde essentiellement axé sur les faits divers et la récup’ d’infos publiées ailleurs ; CV) où tous deux montrent que les deux "métiers" se rapprochent.

De toute façon, les journaux n’ont guère le choix : le nombre et l’âge de leurs lecteurs, aussi bien que leurs revenus publicitaires, ne cessent de reculer. Sans parler du problème de leur indépendance qui poussent les lecteurs jeunes ou simplement dynamiques vers le Net et les fils RSS [1]. Et ne parlons même pas de la gratuité des outils de recherche — et depuis peu de ceux de mesure de l’audience web.

Notes de bas de page

[1Voir, allant dans ce sens, notre brève De l’indépendance des médias classiques.

Répondre à cette brève