E-administration — Chorus dérape, en coûts comme en efficacité

Jeudi 17 février 2011

Selon les Echos du 17 février 2011, l’Etat accuse une dette de 1 milliard vis-à-vis de ses fournisseurs. Premier mis en cause, Chorus. :

« Le système d’information financière "Chorus" devrait coûter 50 % de plus que prévu, soit 1,5 milliard d’euros. Et la Cour des comptes doute [1] qu’il puisse améliorer l’efficacité de l’Etat. »

Chorus est en fait le progiciel de gestion intégré (PGI ; en anglais Entreprise Resource Planning, ERP) de l’Etat. Chorus est d’ailleurs développé à partir de SAP, l’ERP dominant du marché.

Sans compter les graves dysfonctionnements de ce système censé remplacer 80 applications par 1 seule. Selon l’iFRAP [2] :

« paradoxalement la production comptable, même informatisée, se retrouve encore complexifiée par la nouvelle logique "réticulaire" c’est-à-dire "en filet" introduite par la LOLF. Elle conduit en pratique à la production obligatoire d’un volume encore plus important d’écritures comptables. »


En fait, c’est l’organisation comptable même de l’Etat qui aurait dû être revue à la faveur de la LOLF et de Chorus. C’est ce que dit la Cour, de manière à peine plus diplomatique :

« Tout en mesurant l’ampleur et la difficulté du projet, et en reconnaissant l’inévitable temps d’adaptation au nouvel outil, la Cour insiste sur la nécessité de rompre avec les procédures et les pratiques anciennes, qui empêchent, de tirer parti de toutes les possibilités de Chorus et d’atteindre effectivement le niveau de performance qui a justifié le lancement du projet. »

Sans compter les retards de paiement des entreprises, certes fortement réduit récemment de 6 à 1 milliard d’euros [3] et accompagnés semble t-il d’une possibilité d’indemnisation pour ces retards.

Notes de bas de page

[1Rapport public annuel 2011 de la Cour de comptes. Et déjà, en 2010 ...

[2L’iFRAP (Institut Français pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques Publiques) est un think-tank, créé afin de lutter contre la bureaucratie et développer les créations d’entreprises et l’emploi.

[3Selon le rapport 2011 de la Cour des comptes : « Des retards de paiement d’un montant total de 6 Md€ sont intervenus, lors de la « bascule » dans Chorus, début 2010, de la gestion de certains programmes des ministères de l’éducation nationale et de la justice et de la totalité des programmes du ministère de la défense. Ils n’ont pu être résorbés qu’en mobilisant des moyens importants et en recourant à des procédures de paiement dérogatoires qui compliquent le pilotage de la gestion et la tenue de la comptabilité. »

Répondre à cette brève

2 Messages