Déclaration des droits du lecteur de livre numérique

Lundi 14 mars 2011

Lu cela :

« The Readers’ Bill of Rights for Digital Books :

  1. Ability to retain, archive and transfer purchased materials
  2. Ability to create a paper copy of the item in its entirety
  3. Digital Books should be in an open format (e.g. you could read on a computer, not just a device)
  4. Choice of hardware to access books (e.g. in 3 years when your device has broken, you can still read your book on other hardware)
  5. Reader information will remain private (what, when and how we read will not be stored, sold or marketed) »

Traduit par nos soins, ça donne ceci :

Déclaration des droits du lecteur de livre numérique :

  1. La capacité à conserver, archiver et transférer les documents achetés
  2. La capacité de créer une copie papier de l’entièreté de l’item [pour éviter le cas de l’impossibilité de lecture due à l’obsolescence du format ou la disparition des matériels/logiciels de lecture]
  3. Les livres numériques devraient être dans un format libre (i.e. lisibles sur un ordinateur, pas uniquement sur un lecteur dédié)
  4. Avoir le choix du matériel de lecture pour accéder au livre numérique (i.e. dans trois ans quand votre lecteur dédié sera hors service/cassé/en panne, vous pourrez toujours lire votre livre sur un autre matériel)
  5. L’information sur le lecteur [la personne qui lit le livre numérique] ne sera pas diffusée (ce que nous lisons, quand et comment nous lisons ne sera pas stocké, vendu ou mis dans une base de données marketing)

Ca vient de là et, en tant que bibliothécaire documentaliste et acheteur de documentation, ça me semble un bon point de départ pour une discussion nécessaire.

Evidemment, ça devrait être retravaillé. Evidemment, certaines phrases se situent dans le cadre du "fair use" spécifique au droit américain de la propriété littéraire et artistique et ne peuvent donc pas, en droit, s’appliquer en droit français.

Mais sur le fond, la durée de vie d’une thèse ou d’un traité va bien au delà de trois ans. Quel juriste ou professionnel de la documentation a réellement envie d’acheter du vent ?

Répondre à cette brève