Augmentation des prix, augmentation des prix ... — L’édition juridique connaît elle la crise ?

Jeudi 31 janvier 2008

Selon la Lettre documentation de territorial.fr un éditeur juridique a augmenté fin 2008 un abonnement à une de ses encyclopédies de 30% [1].

En fait, après examen, l’augmentation réelle est plus importante que cela (le double) et s’est étalée sur fin 2006-début 2009 et non sur le seul passage 2008-2009.

Explication :

  • avant 2007, il y avait en fait une avance sur mise à jour et une déduction d’avance l’année d’après (de la même somme). En fin d’année ou de période d’abonnement, on faisait le calcul suivant : coût des mises à jour versées durant l’année - avance de l’année (versée l’an dernier) + avance pour l’année à venir
  • auparavant, les déductions d’avance et les avances sur mise à jour de l’année qui venaient s’annulaient presque
  • début 2007, l’éditeur décide de supprimer ce système avances-régularisation en fin de période anniversaire de l’abonnement. On passe donc à un système de prix forfaitaire, comme pour les revues.

Voici comment s’est déroulé le passage d’un système de facturation à l’autre [2] :

  1. fin 2006 (factures pour 2007), système de facturation classique avec trois composantes comme décrit supra
  2. début 2007, l’éditeur décide de supprimer ce système
  3. fin 2007 (factures pour 2008), l’éditeur a donc abandonné le système. Il pourrait se contenter de rembourser l’avance versée fin 2006 et d’augmenter légèrement (3 à 4%) ou même nettement (7 à 10%) son prix. En fait, il rembourse l’avance, n’en perçoit pas de nouvelle — jusqu’ici, tout à fait normal —, mais inclut de facto dans le prix (qui l’année prochaine deviendra totalement forfaitaire) le montant approximatif de l’avance sur mise à jour *multiplié par deux*, augmentant ainsi très fortement ses tarifs (de plus de 60%). L’abonné ne perçoit, lorsqu’il regarde sa facture nette, qu’une augmentation de 25% car on lui rembourse une avance versée fin 2006
  4. fin 2008, il n’y a ni avance pour l’année n+1 ni remboursement de l’avance demandée en année n-1 pour l’année n. Il n’y a plus qu’un forfait. L’éditeur augmente sa tarification de 5% par rapport à l’abonnement 2007. Mais par rapport au prix demandé fin 2007 (avance déduite), le client constate une nouvelle augmentation sur sa facture nette par rapport à celle de 2007, cette fois de près de 30%.

En conclusion, officiellement, pour l’éditeur, l’augmentation du tarif de base de l’abonnement a été extrêmement forte une seule année. En revanche, aux yeuix de l’abonné, elle a été "lissée" sur deux ans. Lorsque celui-ci réagit fin 2008, il est trop tard et l’éditeur mentionne qu’il n’a augmenté que de 5% ses tarifs en 2008.

En abandonnant le système avances-régularisation, l’éditeur n’a donc non seulement pas souhaité perdre en trésorerie et en chiffre d’affaires. Il a également, en réalité, réalisé une double augmentation, sur deux ans.

Coïncidence ? Comme le note la Lettre documentation de territorial.fr dans un second billet sur le même sujet, cet éditeur a réalisé d’« excellents résultats financiers pour 2007, affichait une croissance à trois chiffres de son bénéfice net entre 2006 et 2007, et affirmait dans son communiqué de presse que l’édition juridique avait contribué à ces remarquables résultats ». Et elle ajoute que pareilles politiques tarifaires sont un boulevard pour LexisNexis puisqu’ainsi les prix des offres papier où l’on choisit se rapprochent de celle en ligne où on prend tout ou rien [3].

Au final, si on raisonne sans prendre les avances en compte (juste le coût du seul service des mises à jour), cela donne une augmentation approximative de 70% sur deux ans.

Il semble que cette opération ait porté sur près de dix encyclopédies à mise à jour.

Notes de bas de page

[1De qui les éditeurs juridiques se moquent ils ?, Lettre documentation de territorial.fr 29 décembre 2008.

[2Pour simplifier la démonstration, nous considérons que les abonnements ont le 1er janvier pour date anniversaire (date de fin/renouvellement de l’abonnement). Mais en réalité, ces abonnements peuvent parfaitement avoir des dates anniversaires autres (en général la date à laquelle l’abonnement a été pris).

[3Retour sur le prix de la documentation juridique, Lettre documentation de territorial.fr 31 janvier 2009.

Répondre à cette brève