A lire, sur les rapports entre éditeurs privés et données publiques

Mardi 3 avril 2007

Il y a plein de choses intéressantes à lire en ce moment sur les rapports entre éditeurs privés et données publiques.

Robert Ageneau, fondateur et directeur des éditions indépendantes [1] Karthala, prône la réduction du financement public des maisons d’édition opubliques ou para-publiques, le recours par les structures universitaires à des éditeurs privés lui semblant plus souple et plus respectueux des règles communautaires de concurrence et sur les aides d’Etat :
L’édition française entre public et privé, Les Echos du 2 avril 2007, Point de vue

Contribution du Syndicat national de l’édition (SNE) à la consultation publique de la Commission Européenne sur le contenu en ligne dans le marché unique du 13 octobre 2006 (PDF). Extrait symptômatique :

« Aucun modèle économique ne saurait reposer sur une utilisation illégitime ou entièrement gratuite des oeuvres. »

Lilianne Rueff, qui dirige le Centre de documentation de la ville de Besançon, traite rapidement de l’accès aux données produites par les collectivités (arrêtés, RAA, documents d’urbanisme, rapports financiers, budgétaires, archives, listes électorales, données géographiques, données démographiques, photos et vidéos) :
Données publiques et données personnelles, de nouvelles données en accès libre ? Perspectives et contraintes ? (PDF), I-Expo 2 juin 2005, atelier Actualité juridique, Table ronde de Juriconnexion

Notes de bas de page

[1Jacques Maillot, l’ancien fondateur-directeur de Nouvelles Frontières, détient toutefois 35% du capital de Karthala.

Répondre à cette brève